Université Kankou Moussa : Le président du CESC loue la qualité de l’enseignement

Le président du Conseil économique, social et culturel (CESC), Dr. Boulkassoum Haïdara, parrain la 3e édition de la Semaine de l’étudiant de l’Université Kankou Moussa (12-14 mai), a reconnu et salué la dédicace aux études des pensionnaires de l’établissement universitaire privé.

boulkassoum haidara president conseil economique social culturel cesc rpm

Au lancement de la Semaine de l’étudiant de l’Université Kankou Moussa, le 12 mai au gouvernorat du district, le président du CESC a insisté sur la bonne qualité de l’enseignement dispensé et a réaffirmé toute sa gratitude pour le choix porté sur sa modeste personne pour parrainer cette édition.

“Votre assiduité dans la discipline aux cours théoriques et pratiques, votre soif de connaissance durant les stages hospitalo-universitaires et ruraux, font de vous les dignes héritiers des enseignants et promoteurs de cet établissement”, a-t-il dit s’adressant aux étudiants, en présence de leurs encadreurs et de certains parents d’élèves.

S’adressant aux enseignants, Dr. Haïdara, a salué leur compétence et leur professionnalisme et de rappeler qu’ils font partie des membres fondateurs de l’Ecole nationale de médecine et de pharmacie du Mali (ENMP). Il a félicité l’Université Kankou Moussa qui vient de réussir son accréditation totale par la Cédéao avec une note de 80 sur 100.

Le président conseil d’administration de l’Université Kankou Moussa, Pr. Marouf Kéita, a rappelé le brillant parcours professionnel du parrain qui lui a permis, selon lui, d’occuper plusieurs postes de responsabilités dont la présidence de l’une des huit institutions du Mali, le Conseil économique, social et culturel.

Cadre d’échanges scientifiques, techniques et professionnels, les semaines de l’étudiant de l’Université Kankou Moussa en étaient à leur 3e édition. Et c’est l’un des universitaires émérites (ancien professeur à la Faculté de pharmacie), Boulkassoum Haïdara, président du CESC, qui a été le parrain de cette année.

L’édition a été marquée par des activités sportives, de don de sang et une conférence débat.

Baba B. Cissé
(CC/CESC)

ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL : Des guides pour la compétence de vie courante des adolescents

L’ONG international Bornefonden, en partenariat avec la direction de l’enseignement fondamental, a initié des guides de formation en compétence de vie courante (CVC). Ces guides ont été présentés pour validation lors d’un atelier organisé hier entre les acteurs de l’école fondamentale.

La cérémonie était présidée par Abou Diarra, conseiller technique représentant le ministre de l’Education, et André Sinamenye, représentant de l’ONG Bornefonden. Le projet dénommé espoir pour la jeunesse rurale est mis en œuvre dans les cercles de Yanfolila, Bougouni, et Dioïla. Il vise à appuyer les adolescents et les jeunes qui ont quitté les bancs pour leur inclusion dans la vie socioéconomique.

Ainsi, le projet a élaboré deux guides de compétence de vie courante, grâce à un partenariat avec la direction nationale de l’enseignement fondamental. Il a formé des formateurs (chef de division AE et conseillers pédagogiques) qui, à leur tour, ont formé les formateurs locaux (enseignants).

Les guides sont rédigés en deux tomes. Le premier tome traite l’andragogie et compétence de la vie courante, le leadership, la participation citoyenne, la culture et la paix. Le second tome porte sur l’alphabétisation et le développement des métiers, le VIH/Sida et citoyenneté et patriotisme.

L’objectif principal du processus de validation vise à rendre disponibles au Mali des outils qui permettent de développer les compétences de vie courante aux adolescents et aux jeunes et leur introduction dans le programme scolaire de l’enseignement fondamental au Mali.

En 2016, 2300 jeunes motivés ont été outillés pour leur insertion professionnelle dans l’auto emploi ou en tant qu’entrepreneurs dans la zone d’intervention du projet.

Au Mali, l’éducation formelle connaît des insuffisances en termes de qualité et du maintien des élèves à l’école. En initiant ce projet Bornefonden entendait relever un défi celui pouvoir de transformer les adolescents et les jeunes en de véritables acteurs de développement de leur communauté.

Ont pris part à l’atelier de validation des guides, tous les cadres du ministère de l’Education nationale.

Zoumana Coulibaly

Source: L’Indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.