Université des Sciences Techniques et Technologiques de Bamako : Zakari Yaou Kaka premier agrégé en sciences de gestion, magnifié

Promu maître de conférences grâce à sa réussite au concours d’agrégation du CAMES en sciences de gestion, option ressources humaines,M. Zakari Yaou Kaka a été célébré par ses pairs, vendredi 9 mars au campus universitaire de la FSEG (Faculté des Sciences de l’Economie et de la Gestion) à travers une cérémonie de port de Toge organisée par l’Université des Sciences Techniques et Technologiques de Bamako (USTTB). L’évènement a enregistré la présence du représentant du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, des autorités universitaires, de la communauté scientifique et de beaucoup d’autres personnalités.

  1. Zakari Yaou Kaka, un pur produit de l’école malienne, avait bien raison d’être heureux de se voir revêtu de la toge par ses pairs marquant ainsi sa consécration au grade de maître de conférences. Cela avec des félicitations nourries.

« Celui qui t’a appris une seule lettre vaut mieux que toi durant toute ta vie » c’est par ces mots que l’agrégé Zakari Yaou Kaka a témoigné sa reconnaissance à l’Etat malien ainsi qu’aux autorités universitaires. Sans oublier ses collègues de la sous-région pour leur soutien à son égard. Dans la même lancée,M. Kaka  a  tenu à remercier de façon particulière  Ousmane Papa Kanté, le doyen de la FSEG. « M. Kanté a tout simplement cru à mon potentiel et m’a apporté un soutien moral et financier » s’est-il réjouit.

Parlant de l’agrégation, Zakari dira qu’elle est un moment unique dans la vie du chercheur qui reçoit ainsi la reconnaissance ses pairs sous un angle international. Elle constitue, selon lui, un instant de socialisation et d’apprentissage auprès des grands maîtres dans la grande humilité. Selon lui, cette phase dans la vie du chercheur lui permet de découvrir ses limites pour les corriger, car la science est un processus continu de correction.

Le nouvel agrégé en sciences de gestion, plus précisément en gestion des ressources humaines,M. Kaka a tenu en haleine l’assistance pendant un bon moment dans un cour magistrale sur le concept définitionnel de la GRH, son rôle et ses champs d’application.

Evoquant les grèves intempestives qui nuisent le système universitaire malien, dans l’optique de joindre la théorie à la pratique il dira que celles-ci pourront être jugulées par une approche pédagogique et académique basée sur un contrat de performance entre chaque enseignant et son employeur afin que les étudiants maliens n’aient plus le complexe d’être encadrés chez eux. C’est pourquoi il conseillera aux enseignants d’élaborer avant qu’on ne leur demande une stratégie pour la recherche et l’innovation afin qu’il y ait une fertilité croisée entre le factuel et l’argumentaire avec comme vision : former des étudiants qui seront opérationnels sur le marché de l’emploi.

  1. Zakari Yaou Kaka reconnaissant à IBK !

L’actuel président de la République du Mali aura été certainement l’une des personnes qui a contribué de façon générale à la promotion de l’excellence dans la recherche au Mali et de façon particulière à l’agrégation de M. Zakari Yaou Kaka. Il s’agit bien du président Ibrahim Boubacar Keïta. Ce dernier a bénéficié d’une attention particulière de la part de M. Kaka dans son intervention en guise de reconnaissance. Expliquant l’appui du Président de la République sans pour autant entrer trop dans les détails, M. Kaka dira que l’histoire remonte du concours d’agrégation de Lomé en 2015. Selon lui, le Mali a participé à ce concours avec douze candidats dans les sciences juridiques et politiques. A l’issue de cela, dit-il, un seul candidat fut admis, le Pr. Ibrahim Kamena. Selon M. Zakari Yaou Kaka, écœuré par ce résultat qui n’honore nullement le Mali, le président IBK a tenu à s’entretenir avec les candidats afin de cerner les contraintes qui ont prévalu à ce résultat ‘’médiocre’’. « Nous lui avons expliqué que le problème de ressources financières fut le seul handicap pour accompagner la performance de nos candidats » a-t-il déclaré.

C’est à la suite de cet échange, soutient-il, qu’IBK a décidé au concours de 2017 de mettre à la disposition des candidats un fonds de préparation afin d’effectuer des déplacements partout en Afrique et pour certains en Europe. Selon lui, cette implication du président de la République a permis au Mali d’enregistrer un résultat de 66% à l’issue du dernier concours. « C’est l’occasion de lui remercier et de lui dire qu’il a tenu promesse » a-t-il lancé.

Par ailleurs  Zakari a souligné qu’il existe au Mali un programme performant qui doit être soutenu et encouragé. Il s’agit selon lui, du programme de formation des formateurs. Ce programme, dit-il, a permis de former beaucoup de docteurs dans notre université. « Il faudrait qu’on comprenne que tout n’est pas négatif au Mali, nous devrons valoriser nos acquis et améliorer les résultats » a-t-il déclaré.

Après avoir formulé des recommandations pour la performance de l’enseignement supérieur, M.Kaka n’a pas manqué de souligner aux étudiants que seules la persévérance dans le travail et une forte dose d’humilité conjuguées conduisent à la réussite.

Par Moïse Keïta

 

Par Le Sursaut

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *