Sit-in des enseignants du privé pour revendiquer une Convention collective

Bamako, 09 juillet (AMAP) Le Syndicat libre des enseignants des écoles privées (SYLEEPMa) a organisé, jeudi, à Bamako, un rassemblement pour exiger du gouvernement l’adoption d’une Convention collective pour l’enseignement privé laic et le paiement de cinq mois d’arriérés de salaire causés par la fermeture des écoles, par l’Etat, pour prévenir la propagation de la Covid-19.

« Les enseignants ont faim », « Cinq mois sans salaire, on n’en peut plus, les enseignants des écoles privées sont aussi des enseignants » étaient quelques uns des nombreux slogans sur les affiches et pancartes brandies par les manifestants. Foulard jaune autour de la tête et brassard de même couleur, les enseignants du secteur privé ont envahi l’esplanade du Monument de l’indépendance.

« Nous sommes sortis, aujourd’hui, pour demander nos arriérés de salaire et également pour dire aux autorités que les enseignants du privé n’ont pas de Convention collective. Nous pensons que seule cette convention peut sauver l’enseignement privé au Mali », a expliqué Abdoulaye Fotigué Berthé, secrétaire général du SYLEEPMa.

“Cette convention permettra aux enseignants de bénéficier de contrat de travail en bonne et due forme, de la retraite, de la couverture l’INPS (Ndrl, Institut national de prévoyance sociale) et ses accessoires” , a-t-il ajouté. “Des demarches ont été faites auprès des autorités. Malgré ces efforts, nous n’avons pas été écoutés. Nous avons a été ignorés », a rapporté le leader syndical,.

Par ailleurs, le secrétaire général du syndicat des enseignants du privé a indiqué qu’ils continueront la manifestation jusqu’à la victoire finale.

Le SYLEEPMa a vu le jour, à Bamako, le 19 décembre 2019.

TC/MD (AMAP)

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *