RENTRÉE SCOLAIRE 2020-2021 : PLUSIEURS LOCALITÉS RESTÉES EN MARGE A SÉGOU

La rentrée scolaire 2020-2021 a débuté, hier lundi 25 janvier 2021 dans plusieurs localités du Mali. Une rentrée scolaire marquée par une crise sanitaire de Coronavirus qui avait causé son report. En cette première journée, une double ambiance règne à Ségou. Si les élèves de la ville de Ségou ont pu retrouver les classes, les écoles sont par contre fermées derrière le fleuve et dans plusieurs localités de la région.

Les autorités du Mali avaient annoncé la rentrée scolaire 2020-2021, ce lundi 25 janvier 2021 sur toute l’étendue du territoire. Cette année la rentrée s’ouvre dans un contexte marqué par la crise sanitaire de la maladie à coronavirus et à l’insécurité sur une partie du territoire national.

À Ségou, l’ambiance était vive dans les rues de la ville. Les élèves habillés en tenue de leurs écoles, pour certains, et d’autres en Bazin bien brodés et robes étaient nombreux à reprendre le chemin de l’école, ce matin. Si les adolescents faisaient chemin commun avec leurs camarades, les tout petits étaient accompagnés par leurs parents.

Un jour de retrouvailles et de joie pour certains, et un jour d’inquiétude et d’angoisse pour d’autres.

«Je suis très contente de cette reprise des classes. Mes amies m’avaient manqué. Je m’ennuyais vraiment à rester à la maison», a dit à nos micros Adjaratou Traoré, élève du Groupe scolaire Bandiougou Bouaré de Ségou

«Je suis ravi que les enfants retrouvent le chemin des écoles ce matin. Mais j’ai aussi beaucoup d’inquiétudes face à cette maladie de coronavirus. Car les mesures sanitaires ne sont pas bien respectées dans cette école», nous dit un parent d’élève qui accompagnait son enfant au groupe scolaire de Sébougou.

Justement un enseignant que nous avons interrogé au groupe scolaire de Sébougou nous affirmait la même chose. Selon lui,   aucune mesure barrière n’est respectée dans cet établissement : «Les élèves et les enseignants ont répondu présents à l’ouverture des classes, ce matin. Mais nous déplorons l’absence des mesures-barrières que nos autorités avaient annoncées. En effet, les mesures de distanciation sociale ne sont pas respectées ».

« Les élèves sont plus de quatre-vingt (80) personnes dans une même classe. En plus aucun agent de la santé n’a répondu présent pour contrôler les températures. Et enfin seulement quelques élèves qui portaient le cache-nez»a dénoncé Diadié Doukouré, enseignant au groupe scolaire de Sébougou.

Même si  par endroits, ces mesures sanitaires ne sont pas respectées comme indiquées par nos autorités, la reprise a été effective dans la ville de Ségou. Par ailleurs, derrière le fleuve et dans plusieurs localités de Ségou, les écoles n’ont pas pu s’ouvrir.  .

En effet, derrière le fleuve à Ségou, un Habitant de Farako joint au Téléphone ce lundi matin nous affirmait qu’il n’existe pas d’école chez eux, depuis plus de deux (02) ans. «Ici, on ne parle plus d’école. Les terroristes ont fermé les écoles depuis leur arrivée. Même l’an passé, nos enfants étaient obligés d’aller dans la ville de Ségou pour faire leurs examens», nous a témoigné cet habitant dont nous gardons l’anonymat pour raison de Sécurité.

«Ici, c’est (…)

Demba KONTÉ

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *