Les potins de «le prétoire» : Examens de fin d’année sans incident : Une tendance à préserver

L’année 2014-2015, au Mali, émerge dans le lot des dernières années scolaires, comme une particularité. Elle tient progressivement les promesses d’une année académique ordinaire, en attendant les résultats des examens de fin d’année, qui viendront confirmer ou infirmer les différentes thèses émises quant aux taux de réussite enregistrés par les années précédentes. Car différentes positions et divers points de vue se sont fait jour à propos des fortunes diverses connues par les années entachées de mouvements de grèves dont les conséquences, de notoriété publique, ont fortement influé sur les résultats scolaires.

examens concours obtention diplome etude def baccalaureat bac eleve etudiant classe ecole

D’aucuns ont accusé le système éducatif dans son ensemble, pendant que   d’autres observateurs et analystes ont cru voir le coupable ailleurs, les uns accusant les enseignants grévistes, les autres mettant sur le         compte des élèves eux-mêmes les causes justifiant leur insuccès criard et criant sans oublier des parents d’élèves irresponsables qui s’adonnent à l’achat des épreuves. Mais il suffit d’un regard rétrospectif, responsable et réaliste, pour comprendre que le débat mérite d’être cerné de plus près, et que la grève, toute analyse faite, constitue une épine de taille qui, en tant que telle, inhibe indéniablement l’évolution souhaitée d’une année scolaire vers les objectifs globaux que s’assigne le monde scolaire : des résultats encourageants et un niveau satisfaisant pour les apprenants.

MAGISTRAT DESERTEUR: Les larmes de crocodile du Juge de Macina

Chassé par les populations de Macina qu’il aurait traitées d’animaux sauvages sous le coup d’une procédure disciplinaire pendante devant les services de l’Inspection de la justice, le pauvre juge de Macina ne cesse de squatter les bureaux des Cours et tribunaux à Bamako. Il nous revient en effet que lors de son passage chez un grand magistrat de la place, il aurait carrément fondu en larmes. Ce dernier, insensible à ces larmes de crocodile l’aurait purement et simplement, éconduit.

TANIT PRESSE 2015 EN TUNISIE  : Notre Compatriote Mahamane Hamèye Cissé honoré       

L’organisation tunisienne pour la protection des journalistes vient de décerner à Mahamane Hamèye Cissé, le « Tanit Presse 2015 ». Une distinction qui récompense les journalistes, les institutions et organisations médiatiques qui œuvrent pour la défense de la liberté de la presse et d’expression en Tunisie et ailleurs. La cérémonie de remise de prix a eu lieu le vendredi 5 juin 2015 à Tunis. Le trophée a été remis des mains de Moez Sinaoui, premier conseiller du président de la République tunisienne et porte-parole de la Présidence. Le prochain Tanit presse sera décerné en 2016 à l’occasion de la journée internationale de la presse, prévue pour le mois de mai.

ASSEMBLEE NATIONALE: Encore les isaackeries de Saint Isaac

Aussi impensable que cela puisse paraitre, le Président de l’Assemblée nationale est un vrai cas à traiter. Il a encore fait parler de lui au sein de l’hémicycle qu’il pense gérer comme sa résidence. Il oublie parfois qu’on est dans une institution régie par des textes, et qu’il y a des agents là-bas qui animent l’institution.

Lors de la présentation de la DPG du Premier ministre, notre très cher président a changé les règles de fonctionnement de l’Assemblée. Désormais, personne ne rentre dans la salle de plénière après lui. Eh oui ! Désormais, il faut être dans la salle avant lui sinon vous resterez dehors. C’est la nouvelle loi que le public a découverte ce jour-là. Mêmes les assistants parlementaires sont interdits d’accès une fois que « Sa majesté » est installée. Cela a créé une grande surprise au sein de l’institution. Les gardes à la porte ont reçu l’ordre de ne laisser personne entrer après que le président se soit installé. L’on se rappelle qu’il avait interdit de faire des photos dans la salle au début de l’année. Mais de là à interdire l’accès à la salle aux retardataires est incompréhensible, selon le personnel de l’Assemblée qui a tenu à manifester son mécontentement vis-à-vis de la nouvelle disposition. Sacré Saint Isaac, on aurait tout vu sous son règne.

COOPERATION DOUANIERE MALI-GHANA-BURKINA: Un protocole sur l’inter-connectivité signé

Abuja, la capitale du Nigéria vient d’abriter les travaux de la 20ème conférence des Directeurs généraux des douanes et la 14ème réunion du Comité des experts de la région de l’Afrique de l’ouest et du centre de l’Organisation mondiale de la douane (OMD). Le Mali était représenté à ces deux fora par une délégation conduite par le Directeur général de la douane, Modibo Kane Kéita. En marge des travaux qui ont regroupé 23 administrations douanières de l’Afrique de l’ouest et du centre, les douanes du Mali, du Burkina et du Ghana ont signé un protocole d’accord sur l’inter-connectivité, projet financé par la Banque mondiale avec le soutien de l’Uemoa. Nous osons croire que ce protocole sur l’inter-connectivité signé entre ces trois pays permettra de booster les économies de ces pays. Surtout pour notre pays qui en a vraiment besoin en ce moment, vu la pression des institutions de Bretton Woods sur nos autorités.

DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE DU PM : Une conférence économique pour satisfaire une fois encore les rebelles de la CMA

Pour l’amélioration du cadre macroéconomique de notre pays, le Premier ministre lors de sa politique générale prévoit que l’activité économique continuera de croître à un rythme d’au moins 5% en termes réels en 2015. Aussi, des stratégies de mobilisation des ressources sont à l’étude, dont le projet de Fonds d’actifs stratégiques pour l’émergence visant à favoriser l’impulsion nécessaire au décollage économique. Une attention particulière sera accordée aux régions du nord à travers la mise en place d’un fonds pour le développement durable. À ce propos, le chef du gouvernement a révélé que dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation, il sera organisé en septembre prochain, à Paris, une conférence économique pour la reconstruction du nord, sous l’égide de l’Organisation de coopération et de développement économique.

PORTE CLOSE DU TRIBUNAL DE KANGABA: Où est passé le juge ?

C’est la question qui était sur toutes les lèvres il y a quelques temps. Les populations, les autorités administratives, politiques et religieuses de Kangaba ne comprenaient pas du tout pourquoi les portes de leur juridiction étaient hermétiquement fermées. Quand l’information a été remontée à Bamako, le Parquet Général a demandé au Ministère de l’administration territoriale de diligenter une enquête pour avoir le cœur net. La préfecture de Kangaba a effectivement constaté que la juridiction était close. Et contre toute attente, le juge fait son apparition en disant que la juridiction était fermée mais qu’il continuait de travailler. Tout en ajoutant qu’il aurait d’ailleurs signé tous les casiers judiciaires et les jugements supplétifs pendants à son niveau. Un argument qui n’a pas convaincu les autorités judiciaires du pays qui auraient déjà engagé une procédure disciplinaire à son encontre.

AFFRONTEMENTS A LA FRONTIERE MALI-GUINEE   : Encore des morts, mais que disent nos autorités ? 

Décidément, la tension au niveau de la frontière Mali-Guinée n’est pas prête de tomber.  Le week-end passé, il y a eu encore des incidents à Sanafara, village malien situé à la frontière guinéenne. A l’origine, environ un millier de chasseurs guinéens ont pris d’assaut ce village afin de s’y adonner à leur activité favorite: l’orpaillage. Les gendarmes maliens en poste sur place pour la sécurisation des personnes et leurs biens ont été alertés. Des échanges de tirs nourris ont eu lieu pendant environ 4 heures de temps. Mais le plus étrange dans cette affaire est que les autorités maliennes n’ont pas fait cas de cet incident. Comme si elles ne se souciaient pas de la souffrance des habitants et des forces de sécurité qui sont à Sanafara. Jusqu’à quand nos autorités vont-elles enfin se décider à rencontrer leurs homologues de la Guinée pour mettre fin à de tel massacre ?

LUTTE CONTRE LA FAIM : IBK ambassadeur de la Fao

Le Mali fait partie avec l’Angola, la Bolivie, la Chine, le Costa Rica, le Gabon, les Iles Salomon, le Mozambique, le Myanmar, le Népal, le Sultanat d’Oman, l’Ouzbékistan, la République démocratique populaire du Laos, la République dominicaine et le Surinam des pays qui ont atteint l’objectif de la cible 1C des Objectifs du millénaire pour le développement, c’est à dire réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim. Ces pays ont également atteint l’objectif plus rigoureux du Sommet mondial de l’alimentation (SMA) de 1996 consistant à réduire de moitié le nombre d’affamés. Dans l’ensemble, 72 sur 129 pays ciblés ont atteint l’objectif 1C et 29 pays celui du SMA dont le Mali. Occasion pour le président IBK de féliciter la communauté internationale pour cette distinction faite à notre pays tout en soutenant qu’il savait que notre pays était apprécié par rapport à la déclaration de Maputo, à savoir que les Etats membres de l’UA devraient consacrer au moins 10% de leur budget au bénéfice de l’agriculture. Et lui en a décidé d’augmenter cette allocation à 15%. Le Président IBK a tellement remercié la communauté internationale au cours de ce sommet que l’on aurait cru qu’il venait d’être nommé ambassadeur de bonne volonté de cette institution.

Source: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.