Grèves des enseignants dans les écoles publiques : La colère des élèves !

Des milliers d’élèves ont marché hier, lundi 13 janvier 2020, devant de la cité ministérielle de Bamako pour exiger la reprise des cours dans les écoles publiques du Mali.

 

Pour la reprise des cours, des élèves sont massivement sortis hier, lundi, afin de faire part de leurs inquiétudes par rapport aux arrêts des cours dans les écoles publiques, depuis près de deux semaines. Filles comme garçons, ces élèves venus de la commune V de Bamako ont traversé à pied, le pont ‘’Fadh’’ (deuxième pont) pour transmettre leurs messages aux autorités ministérielles.

Selon Drissa Coulibaly, enseignant et parent d’élève, cette manifestation concernait toutes les écoles de la commune V. À en croire l’enseignant, les élèves sont venus des écoles publiques de Sabalibougou ; Quartier Mali ; Torokorobougou ; Bacodjicoroni ; celle de Mamadou Konaté ; voire des lycées Massa Mankan Diabaté, Kankou Moussa et plusieurs écoles privées. D’après lui, les manifestants étaient sortis pour réclamer un « droit » qui doit revenir aux enfants. Puisque, poursuit-il, les écoles publiques sont dehors alors que celles du privé étudient. « Vu cela, nous sommes sortis pour demander l’égalité et l’équité entre les enfants du Mali. Il faut que tous les élèves aient le même droit d’aller à l’école », a-t-il expliqué. D’après lui, certains parmi les manifestants ont rencontré le ministre en charge de la promotion des femmes et des enfants pour lui transmettre ce message : nous voulons que les enfants aillent à l’école, car tous les enfants du Mali ont le même droit.

Pour Drissa, l’objectif de la marche visait non seulement à se faire entendre, mais aussi, et surtout pour charger le ministre des Femmes et des Enfants de transmettre leur message au PM Boubou Cissé. Une chose qui a été faite, nous confie-t-il. « Nous voulons que les autorités mettent les enseignants dans leurs droits pour que ceux-ci rejoignent les classes. L’année 2018-2019 a été chaotique. Parce qu’on a voulu sauver l’année et non l’école malienne par la simple raison que les enfants du public n’ont rien appris », ajoute Drissa qui souhaite ne plus revivre la situation de l’année écoulée. Pour éviter cela, il plaide pour l’adhésion de tous à cette cause des élèves de l’école publique.

Pour finir, il corrobore que le ministre chargé des femmes leur a promis de transmettre le message des enfants à Boubou Cissé. Au monument de la Paix, bâti à quelques mètres de la cité ministérielle, le secrétaire général du lycée Massa Mankan Diabaté, M. Dembélé, s’adressait au public. Alors que les écoles privées poursuivent normalement les cours, M. Dembélé trouve injuste la fermeture des écoles publiques. Cela, due à la grève des enseignants. Triste de ce fait, il n’en décolère pas et ajoute : « Avant d’être ministre ou cadre de l’administration, tout le monde a été élève. Les ministres et les enseignants prennent leurs salaires, c’est nous qui perdons ». Pour finir, il précise que l’avenir des élèves est en jeu. Quant à Moctar Diarra, élève en classe de 8es années à Sabalibougou, il faut que les élèves étudient cette année, sinon, prévient-il, ça ne va pas.

Moussa Coulibaly, élève manifestant, indiquera : « Les autorités font étudier leurs enfants à l’étranger, laissant ceux des pauvres dans des rues ». Élève manifestant, Boubacar Bouaré indique que la grève ne plait pas du tout aux enfants. Puisque, dit-il, « nous voulons étudier. Nos parents n’ont pas été à l’école, si nous aussi n’étudions pas, je ne sais pas ce qu’on peut faire ».

Suivant les propos d’un manifestant, le syndicat des enseignants grévistes doit aussi être rencontré dans ces deux jours pour trouver une issue à cette grève. « Nous ne sommes ni pour ou contre le gouvernement, et ni pour ou contre les grévistes. Nous voulons seulement que les enfants reprennent le chemin de l’école », ajoute-t-il sous couvert d’anonymat.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *