Financement de l’éducation : La Coalition EPT-Mali invite à plus de responsabilité

Forte son rôle de veille citoyenne, la société civile doit amener les politiques à respecter les engagements pris lors de la conférence mondiale sur le financement de l’éducation conférence tenue de Dakar

Tenue à Dakar dans la capitale sénégalaise du 29 janvier 2018 au 02 février derniers, la conférence mondiale sur le financement de l’éducation a enregistré la participation du Mali. Elle a regroupé les acteurs de la société civile et ceux du gouvernement. La conférence a été organisée par la Campagne mondiale pour l’éducation, en partenariat avec l’ANCEFA. Pour vulgariser les engagements et recommandations qui ont sanctionné les travaux de ladite conférence, la Coordination de la Coalition Education pour Tous (EPT) a rencontré la presse, hier à la Maison des jeunes de Bamako. Occasion de situer les responsabilités de part et d’autres.

La conférence de presse a regroupé autour du coordinateur national de la Coalition EPT-Mali, Mahamadou Ongoïba et Souleymane Bocoum de la société civile, une vingtaine de journalistes. Après l’évocation du contexte de la rencontre, Souleymane Bocoum a tenu a rappeler l’implication de la société civile, à la faveur d’une éducation pour tous. Pour lui, celle-ci est dans son rôle de veille citoyenne, afin d’amener les politiques à respecter les engagements pris lors de la conférence de Dakar.

De son côté, Mahamadou Ongoïba, dans une présentation édifiante, a d’abord fait quelques rappels, tout en évoquant la teneur de la Loi n0 2013-031 du 23 juillet 2031. Celle-ci porte sur le Code de transparence dans la gestion des finances publiques, demandant le droit à l’information à tout citoyen qui le souhaite.

Ensuite, il est rentré dans le vif du sujet, en évoquant le contenu des Objectifs du développement durable (ODD4) sur l’éducation. Mahamadou Ongoïba a également fait cas des recommandations issues de la conférence de Dakar. Il s’agit : de montrer que  l’éducation est un droit humain fondamental qui doit être fourni gratuitement par les États, à  travers de systèmes éducatifs publics inclusifs, sensibles au genre et adéquatement financés. De même, elle  tient une place centrale dans la réalisation de tous les Objectifs de développement durable (ODD). Pour ce faire, les organisations de la société civile exhortent les gouvernements à honorer leur promesse de ne laisser personne pour compte. Ce qui demande un investissement conséquent des ressources, afin de corriger les diverses formes d’inégalité et les nombreux désavantages dont souffrent les filles et les garçons en situation de handicap. Cela permettra à ceux qui vivent dans des zones rurales isolées ou des bidonvilles ainsi que ceux des communautés pastorales et migrantes et les enfants orphelins, réfugiés et issus de minorités ethniques de bénéficier ce droit fondamental.

Tout en faisant l’économie de l’ensemble des recommandations formulées à Dakar, nous signalons, qu’elles sont au nombre de 10.  Enfin, compte tenu de l’importance du sujet, le conférencier a beaucoup insisté sur l’apport de la presse, pour que les engagements pris puissent connaître un essor meilleur

 

Diakalia M Dembélé

Source: Nouveau Réveil

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *