Examen du CAP : Tout se passe dans la sérénité

C’est parti, depuis hier, pour l’examen du Certificat d’aptitude professionnelle (Cap), session d’octobre 2020 sur l’ensemble du territoire national pour prendre fin jeudi prochain. Cette année, 20.331 candidats inscrits cherchent à décrocher le précieux sésame. Les postulants sont repartis entre 109 centres et 813 salles et sont encadrés par 1.666 surveillants à travers le pays. Ils seront évalués dans les filières suivantes : aide comptable, employé de bureau, de banque, boulangerie-pâtisserie, dessin-bâtiment, électricité, maçonnerie et mécanique-auto.

L’Académie d’enseignement de Bamako-rive droite présente 2.674 candidats inscrits, dont 1.113 filles pour la quête de ce diplôme, soit 41,55% des candidats. Les candidats libres (CL) représentent le plus gros contingent de postulants, soit 78,89%. Avec ses 415 candidats, dont 54 filles repartis entre 14 salles pour 40 surveillants, le centre d’examen du lycée public de Niamakoro (LNIAMA) est l’un des 4 centres d’examen de Bamako-rive droite. Un calme plat y régnait avant le démarrage des épreuves.

Candidats, surveillants, autorités scolaires, éléments des forces de sécurité, journalistes et autres acteurs impliqués dans l’organisation des examens ont tous été soumis aux fouilles. Ils ont été aussi contraints d’observer les gestes barrières, notamment le lavage des mains au savon ou l’application du gel hydroalcoolique sur les mains, avant d’accéder à la cour et aux salles d’examen. Ils respectaient aussi la distanciation sociale.

À 8 heures, la cloche a retenti pour annoncer le début des épreuves. Accompagné de la directrice de l’Académie Bamako-rive droite, Mme Touré Zahiatou Ayouba, le représentant du maire du District de Bamako, Moussa Togola, a ouvert la première enveloppe contenant des sujets de comptabilité usuelle et de documents commerciaux dans la salle N°2 du LNIAMA. L’épreuve était composée de trois parties et deux annexes. Si la première partie était : les «documents commerciaux», la deuxième avait trait à «État de rapprochement». La troisième était libellée : «Fiches de stocks ». Des slogans de sensibilisation étaient affichés un peu partout.

Le centre d’examen du lycée public «Alfred Garçon» accueille 52 candidats au Cap, repartis entre 10 salles. 20 surveillants sont mobilisés pour les encadrer. Chaque candidat a été identifié avant d’accéder à la salle et occuper sa place. Aucun retard n’a été constaté, ni du côté des candidats ni de celui des surveillants. L’examen se déroulait normalement. Mais le constat a été fait que certains candidats libres inscrits ne s’étaient pas présentés. Les surveillants ignoraient les raisons de ces absences tout comme notre équipe de reportage. Au niveau du lycée public de Niamana, les kits de protection contre le coronavirus ont été distribués aux candidats et aux surveillants. L’examen a démarré avec l’épreuve de «Électro-technique».

Mme Samaké Awa Coulibaly, candidate a estimé qu’elle n’avait jamais vu l’épreuve de comptabilité usuelle dans un groupe d’exercice. Mme Touré Zahiatou Ayouba a conseillé aux candidats à ne compter que sur eux-mêmes. «Soyez sereins. Ayez confiance en vous-mêmes. Comptez sur vos propres efforts», leur a-t-il conseillé.

Le président de ce centre du lycée public «Alfred Garçon», Alidji Ibrahim Garel, a rappelé que l’inscription à l’examen du Cap est gratuite pour tous les candidats. Moussa Togola a invité surveillants et candidats à être sereins et sérieux prevenant qu’aucune négligence ne sera tolérée.

Au passage de notre équipe de reportage, l’inspecteur en chef de l’Inspection générale de l’éducation, Denis Dougnon, et la directrice de l’Académie Bamako-rive gauche, Mme Koné Rakiatou Dia, étaient au centre d’examen du lycée Alfred Garçon pour jauger le déroulement de l’évaluation.

Sidi Y. WAGUÉ

  Source : l’Essor- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *