Enseignement : TENUE SCOLAIRE, SYMBOLE FORT DE L’EGALITE DES CHANCES

L’école malienne aura une tenue commune l’année prochaine sur toute l’étendue du territoire. Cela dans l’objectif de réduire considérablement les inégalités entre les élèves appartenant à des couches sociales différentes et atténuer la frustration des moins nantis.

Uniformisation tenue vetements scolaire ecole eleve etudiant classe examens etude

Dans le but d’améliorer les conditions d’accès et de maintien des enfants à l’école, le ministère de l’Education nationale a développé plusieurs stratégies parmi lesquelles la création d’un environnement protecteur, propice à l’apprentissage et dont l’un des volets importants est la généralisation du port de l’uniforme scolaire. La question de la généralisation de la tenue scolaire dans les établissements d’enseignement publics et privés ne manque pas d’intérêt, quand on sait qu’elle préoccupe les populations qui ont nourri des espoirs à ce sujet. En effet, la question du port d’une tenue commune dans les établissements scolaires du Mali avait germé en 2014. L’on se rappelle qu’une phase test avait eu lieu en commune IV du district de Bamako dès cette année-là. Mais, le processus s’est très vite estompé pour diverses raisons. L’une des raisons données par le Pr. Harouna Madigue Camara, de la direction nationale de l’Enseignement fondamental, est qu’au début, la décision d’uniformiser la tenue scolaire concernait uniquement les écoles primaires et fondamentales. Au fil du temps, les écoles secondaires, professionnelles et techniques se sont senties concernées par la mesure. Donc, il fallait les impliquer dans le processus, ce qui a pris du temps. A l’entendre, le processus suit son cours normalement, car tous les acteurs sont impliqués pour que la tenue scolaire soit généralisée sur toute l’étendue du territoire malien et cela dans toutes les écoles privées et publiques et même confessionnelles. Le but principal que vise le port de la tenue est d’en faire le symbole fort de l’égalité des chances. L’uniformiser permettra, selon le directeur national de l’Enseignement fondamental, Morifing Cissé, de rehausser le niveau de sécurité des enfants au sein du groupe. Selon lui, le chef du gouvernement partage cette vision en ce sens que le Premier ministre Modibo Kéita, estime que le port de l’uniforme à l’école réduit considérablement l’écart entre les élèves appartenant à des couches sociales différentes et attenue la frustration des moins nantis. Il a ainsi invité les acteurs de l’Education à mener la réflexion dans ce sens pour qu’à l’ouverture prochaine, la décision qui aura été mûrie puisse connaître un début d’exécution. UNIFORMISATION ET éGALITé – « De nos jours, l’uniforme peut être une solution aux problèmes de discipline et de sécurité », estime le Pr. Camara. Les arguments en faveur du port de l’uniforme sont multiples. En effet, le port de l’uniforme scolaire, pour certains, favorise, en outre, une meilleure intégration des élèves, car les enfants de familles modestes vont se sentir moins exclus face aux exigences de la mode vestimentaire. Le but principal que vise le port de l’uniforme est d’en faire le symbole fort de l’égalité des chances. Pour d’autres, l’uniforme permet d’identifier de loin les apprenants dans la rue et pour cela on ne devrait pas l’imposer. Mais au-delà de cette fonction d’indentification, on pourrait percevoir également dans le port de l’uniforme des enjeux plutôt économiques et cela rapporterait beaucoup aux promoteurs, estiment d’autres observateurs. Pour l’élève Malik Koné, il est mieux d’opérer une réforme dans ce domaine, car en imposant l’uniforme, on réglerait certaines inégalités sociales. Ainsi, les enfants de riches seront appelés à enfiler la tenue unique comme ceux des pauvres, même s’ils fréquentent une école privée. En uniformisant la tenue scolaire, Fatoumata Sow, parente d’élèves estime que cela engendrerait des économies pour les parents. « L’idéal, dit-elle, est d’aller vraiment vers cette uniformisation parce que cela revient énormément cher d’acheter des tenues ». Une famille doit débourser souvent plus de 10.000 Fcfa pour une seule tenue et les promoteurs des écoles en profitent pour faire du commerce. Par contre pour Moïse Diarra, promoteur d’une école, une tenue générale ne changera rien au comportement des élèves. Les enfants des riches auront toujours une occasion pour se faire remarquer. Pour lui, l’habillement dépend de la culture et de l’éducation de l’enfant. «Cette réforme ne sera pas mal. Ça permet aux élèves de se conformer et on n’observera plus d’extravagance dans l’habillement de certains surtout dans les établissements privés. Cette mesure va corriger le style vestimentaire des enfants de maintenant. En effet, l’uniforme symbolise l’ordre et la discipline, ce qui rehausse davantage l’image de l’établissement », souligne un enseignant. Les acteurs du projet sont à pied d’œuvre pour sa mise en œuvre dès l’année prochaine. D’ailleurs, des propositions pour l’adoption d’un mode vestimentaire et des suggestions de coupe ont été faites. Pour la couleur, on aura le marron-foncé, le vert bouteille, le bleu-foncé,le bleu clair et pour la coupe, les garçons porteront soit des pantalons soit des culottes et chemises «manches courtes ou longues» et les filles s’habilleront en robe, jupe paysanne ou pagne et camisole.

Anne-Marie KEITA

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *