EN SUP : De nouveaux chantiers pour une école malienne plus performante

La 5ème session ordinaire du conseil d’administration de l’Ecole normale supérieure (EN Sup) s’est tenue le jeudi 27 mars dernier,
dans ses locaux, sous la présidence de Pr. Massa Makan Diabaté, représentant du ministre de l’Education nationale.

Étaient aussi présents le directeur général adjoint, Dioïla Konaté, et les autres administrateurs. A l’ordre du jour, l’adoption du rapport d’activités 2017-2018 du DG, l’approbation du budget 2019 de l’EN Sup et l’adoption du plan stratégique.
Le Pr. Diabaté a précisé que conformément à la loi n°2012-044 du 16 novembre 2012, l’EN Sup est devenue un établissement public à caractère scientifique, technologique et culturel (EPSTC) doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Son organisation et les modalités de son fonctionnement sont régies par le décret n°10-523/P-RM du 21 septembre 2010. Le conseil d’administration est l’organe délibérant.
Il exerce dans les limites des lois et règlements en vigueur les attributions spécifiques suivantes : approuver le rapport annuel d’activités de l’EN Sup et les états financiers de l’exercice, voter le budget prévisionnel, délibérer sur toute question relative à l’organisation des programmes de formation, de perfectionnement et de recherche, délibérer sur la création de services et de départements d’enseignement et de recherche entre autres.
Le président du CA a aussi souligné que pour l’année scolaire 2018-2019 l’EN Sup, parallèlement à sa mission de formation professionnelle initiale, se propose d’améliorer la performance du service de la formation continue, soutenir les actions du centre FOADEL, relancer le projet campus rive gauche, dynamiser le projet Mali-Math, renforcer le cadre de partenariat existant pour une plus grande visibilité des actions académiques et pédagogiques et poursuivre l’élan de réhabilitation physique amorcé afin de rendre agréable le cadre d’apprentissage.
L’EN Sup a été créée en 1963. Ses missions ont été redéfinies en 2000 et en 2010 suivant l’ordonnance n°10-026/P-PM du 4 août 2010, pour prendre en compte la création de l’Université de Bamako et la nécessaire évolution de ses statuts au regard de ce nouveau contexte universitaire, en rapport aux changements plus généraux consécutifs à la décentralisation. La loi n°2012-0044 du 16 novembre 2012 votée par l’Assemblée nationale a modifié cette ordonnance.
Elle a pour mission la formation initiale des professeurs de l’enseignement secondaire, de l’enseignement normal et fondamental, la formation des inspecteurs de l’enseignement secondaire, la formation qualifiante des conseillers pédagogiques et des inspecteurs de l’enseignement fondamental, entre autres.
Kadidia Doumbia, Stagiaire

Source: lepointdumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *