Education : paralysie totale à l’IFM de Kati

Les enseignants de l’Institut de Formation des Maitres (I.F.M) sont en arrêt de travail depuis le Jeudi 06 mars 2014. Motif : le non paiement de leur salaire du mois de Février.

observateurs union économie monétaire ouest africaine uemoa mali

 

Le Syndicat des Professeurs de l’Enseignement Secondaire des Collectivités (SY.P.E.S.CO.) est sur son pied de guerre contre les responsables de l’Institut de Formation des Maîtres de Kati. Et pour cause, leurs adhérents et membres, professeurs de cet institut  n’ont pas encore eu leur salaire du  mois de février.

Selon le secrétaire général de Coordination des Syndicats  de l’Enseignement Secondaire (C.O.S.E.S.) Edmond  Dakouo, cet arrêt  de travail fait suite  à  une lettre (N° 11  001 du 05 Février 2011)  qu’ils ont adressée  à  tous les gouverneurs de région  ainsi  que celui de Bamako, pour décrier l’état de fait, relatif, au paiement en retard chronique, des salaires des  enseignants relevant  des  collectivités  décentralisées,  constaté ça et là depuis de longues  années.

Dans cette lettre, le SYPESCO a indiqué que : «  considérant le caractère sacré du salaire , considérant la  volonté manifeste  des autorités  régionales , considérant la négligence  coupable des autorités face à la question , nous  syndicats  portons à votre  connaissance ,notre décision d’arrêter  immédiatement le travail à partir du 06 du mois ». Sans réaction positive à cette lettre de la part des autorités locales respectives, que l’arrêt de travail annoncé fut mis en application. Et continuera jusqu’au paiement du salaire de leurs collègues.

« Nous ne pouvons pas comprendre que certains fonctionnaires  sont payés depuis le  25 du mois  alors que d’autres doivent attendre jusqu’au 06 du mois  qui suit sans avoir leur salaire du mois passé », a rétorqué M. Dackouo avant de signaler que les locataires des maisons de ces enseignants n’auront pas la même diligence. Etant donné que l’enseignement est le  soubassement d’un pays , alors,  nos plus hautes  autorités  ne  doivent  pas du tout négliger le payement  du salaire sacré de nos  ‘’pauvres’’  enseignants.

D’après le  S. G , Edmond  Dakouo , les responsables  des  syndicats ont été  chez  les autorités  concernées  pour connaitre  davantage ou  se situe le  blocage .

Une action à la suite de laquelle, les responsables de SYPESCO  vont  se réunir ce Jeudi  13 mars pour  traiter les informations recueillies afin de faire l’évaluation de la situation.

 

Nouhoum  Koné

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *