Éducation au Mali ; Que d’actions de promotion du secteur !

De 2013 à 2017, le président Ibrahim Boubacar Keïta a posé  plusieurs actes visant à promouvoir ce secteur combien important pour le développement du pays nonobstant le contexte difficile marqué la crise. Ces efforts ont été menés pour  faciliter l’accès des enfants  à l’école,  améliorer la qualité de l’éducation et de l’enseignement supérieur en boostant la recherche scientifique et  en renforçant les capacités des  enseignants et des gestionnaires d’écoles.

 Selon ce rapport bilan des 4 ans d’IBK, le gouvernement a procédé à  la construction et l’équipement  de 909 salles de classe (SDC) et 3000 tables-bancs.  Puis, la réhabilitation des  Instituts de Formation des Maîtres (IFM) de Niono,  Kangaba, des lycées Bouillagui Fadiga de Bamako et Yana Maïga de Gao, et de l’Institut de Formation Professionnelle de Sikasso. Ainsi, plusieurs infrastructures ont été  réalisées à l’intérieur du pays en vue de faciliter l’accès à l’école. Il s’agit notamment de  cinq (5) nouveaux lycées à Sangha, Djenné, Barouéli, Tominian, Gourma-Rharous, Barapiréli.

Il faut rappeler l’ouverture des instituts de formation professionnelle de Konobougou, Diabaly, Bla, Bougouni et Kalaban Coro.

«Un programme d’équipement complémentaire de l’IFP Industriel de Kayes et des ateliers du Cfpaa de Gao a été mené avec l’appui du projet de reconstruction et de relance économique, et l’équipement ainsi que les ateliers et laboratoires des lycées techniques de Sévaré, de Ségou et de Sikasso, des IFP de Kalaban Coro et de Diré avec l’appui du Projet de reconstruction et de relance économique (Prre) », a souligné le rapport.

 Dans ce rapport, il est cité l’intégration des 899  enseignants communautaires à la Fonction publique des collectivités à travers l’arrêté n°2014-3352/MDV-SG du 21 novembre 2014: 492 enseignants, suivi de l’arrêté N°2015-4696- MDRE-SG du 29 décembre 2015: 407 enseignants.

  Pour ce qui est  de  l’amélioration de la qualité de l’éducation, l’Etat a  mené des  activités  qui ont trait au renforcement des capacités des  enseignants et des gestionnaires des écoles.

 «Le renforcement des capacités des  enseignants et des gestionnaires. (Inspecteurs, DG, proviseurs, directeurs des études, censeurs, chefs des travaux),  la formation de 250 enseignants de 24 établissements publics d’enseignement technique et professionnel à la pédagogie de l’approche par compétences (Apc)», a détaillé ledit rapport.

Le même rapport  parle de  la formation initiale et continue des 8 572 animateurs  aux règles de transcription et à la méthodologie du « bamanankan ». « Le renforcement des capacités des collectivités territoriales, des Comités de gestion scolaire et des Associations des mères d’élèves (AME) dans le domaine de la gestion des cantines, des ressources et en santé scolaire et   la validation de curricula et de guides pédagogiques au niveau des enseignements fondamental, secondaire et normal », a souligné le document.

 Au titre de l’année 2015, le document a révélé le recrutement de   4063 enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales et de 121 fonctionnaires de l’État.

« En 2016, l’Etat a recruté 3857 enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales. L’intégration de 406 enseignants communautaires dans la Fonction publique des collectivités territoriales et de 1775 enseignants contractuels dans la Fonction publique des collectivités territoriales », a mentionné le rapport bilan.

 S’agissant de la fourniture et la distribution des  matériels didactiques pour les lycées publics du Mali, le département de tutelle a distribué  108 ouvrages en 590 exemplaires pour 59 lycées publics et  l’équipement des blocs scientifiques, à l’extension de l’alimentation scolaire (le nombre de cantines a  évolué de 1 171 (couvrant 299 587 bénéficiaires) en 2013 à 2 381 (couvrant 480 737 bénéficiaires) à 2016.

 En outre, le même rapport a cité la  mise à disposition de kits ustensiles pour 580 écoles sur la période 2014-2016. « La fourniture de nourriture à près de 75.000 élèves par an, y compris 12.000 élèves déplacés, sur deux années scolaires (2014-2015 et 2015-2016); et la fourniture de 1 506 220 plats pour un effectif de 12 552 élèves (39 cantines) au titre de l’année scolaire 2016-2017, dans le cadre du Projet d’urgence d’éducation pour tous (PUEPT) », a énuméré le rapport.

A SISSOKO

 

Source: La Preuve

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *