Des spécialistes africains en sciences de la santé en première ligne dans la recherche de pointe sur l’ensemble du continent

Colloque scientifique de deux jours sur les recherches scientifiques menées par des chercheurs de niveau Master, doctoral et postdoctoral dans 21 pays africains

 DAKAR, Sénégal – 15 juillet 2019 – Environ 300 spécialistes en sciences de la santé d’Afrique et d’autres parties du monde se réuniront à Dakar (au Sénégal) du 15 au 17 juillet pour présenter des recherches novatrices menées à travers le continent en vue d’un abaissement du taux de morbidité en Afrique et de la mise en place de communautés plus saines. Parmi les avancées scientifiques au centre des discussions dans le cadre du colloque, on peut citer les progrès en matière de recherches relatives au traitement curatif du VIH en Afrique du Sud, et les outils de détection précoce du cancer et de contrôle du paludisme.

Le Colloque scientifique de DELTAS Afrique intitulé, «Masse critique: Promotion de chefs de file mondiaux en matière de recherche», sera le premier en Afrique francophone, preuve ainsi de l’engagement de l’AAS à transcender les barrières linguistiques et géographiques et à favoriser la collaboration intra-africaine. Il sera organisé en partenariat avec le réseau DELTAS Afrique basé au Sénégal, et le renforcement des capacités en matière de recherches sur le Paludisme (MARCAD).

«Le colloque constitue une occasion particulièrement propice permettant d’administrer la preuve de l’intérêt majeur des investissement dans la science et dans la formation d’une masse critique de chefs de file de la recherche scientifique en Afrique», selon Alphonsus Neba, responsable du programme Afrique de DELTAS. «DELTAS Afrique œuvre à la mise en place de cadres professionnels idoines en matière de recherche de pointe, dont la viabilité à long terme sera assurée bien après la fin du programme et des conditions propices à la réalisation de travaux scientifiques de qualité», a-t-il ajouté.

Il s’agira du troisième colloque annuel des bénéficiaires du Programme de promotion de l’excellence en matière de leadership, de formation et de recherche scientifique (DELTAS Afrique); un programme de 100 millions de dollars américains de l’Académie africaine des sciences visant à intervenir en appui à l’essor de chefs de file d’envergure internationale en matière de recherche scientifique en Afrique par le biais du soutien à la recherche en sciences de la santé, de bourses d’études, d’appui-conseil et d’investissements dans des infrastructures de recherches scientifiques de 12 programmes couvrant 21 pays. Parmi les participants célèbres figureront le père de le Génomique en Afrique, Charles Rotimi, de l’Institut national de la santé et le lauréat du prix Nobel de chimie en 2008, Marty Chalfie.

 

L’objectif de DELTAS Afrique est de parvenir à une masse critique de nouveaux chercheurs et scientifiques du secteur de la santé de premier plan en matière de recherche de pointe, capables de peser sur les politiques locales de santé et impliqués dans la conduite d’un programme pertinent de recherches sur la santé pour l’Afrique. Le Colloque scientifique de DELTAS Afrique marquera une étape majeure dans la perspective de cet objectif crucial.

Parmi les réalisations du programme à ce jour on peut citer les suivantes:

  • Près de 1 500 stagiaires de niveau Master, doctoral et postdoctoral, dont la moitié sont des femmes, ont été recrutés au cours des quatre années du programme et ont publié 493 articles scientifiques dans de prestigieuses revues.
  • Avec près de 348 boursiers de doctorat et postdoctoraux inscrits auprès d’institutions situées en dehors de leur pays d’origine, le programme encourage également la collaboration intra-africaine, ce qui est important pour mobiliser le soutien politique en faveur de la recherche, mettre en commun les ressources limitées et maximiser l’impact dans la quête de solutions à apporter aux problèmes communs.
  • Dans l’ensemble les 12 programmes ont permis d’attirer 298 subventions supplémentaires d’une valeur de plus de 227 millions de dollars et reçu 153 prix et distinctions honorifiques d’une valeur de 9,3 millions de dollars en reconnaissance de leur excellence en matière de recherche scientifique.

 

La réunion constituera également une plate-forme de choix pour plus de 200 boursiers et chercheurs financés par DELTAS Afrique – en particulier des stagiaires de niveau master, doctoral et post-doctoral de ses 11 programmes couvrant le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Ouganda, le Kenya et le Zimbabwe. – à l’effet de présenter les résultats scientifiques et l’impact probable de leurs recherches en sciences de la santé.

 

Au nombre des avancées scientifiques à évoquer au cours du colloque, figurent les progrès en cours dans le cadre de la recherche d’un traitement curatif du VIH en Afrique du Sud et les efforts en vue de la mise au point d’un test peu coûteux de résistance aux médicaments anti-VIH  (de 70% moins cher – soit entre 40 et 70 dollars contre 100 à 200 dollars au départ) qui pourraient réduire considérablement le coût de surveillance de la pharmaco-résistance du VIH en Afrique.

 

La réunion permettra également de braquer les projecteurs sur les réussites telles que les travaux réalisés au Mali par le Dr Drissa Coulibaly, boursière MARCAD de niveau postdoctoral et médecin spécialiste en parasitologie, qui étudie actuellement la cartographie du paludisme dans le temps et dans l’espace en tant qu’élément clé des programmes de contrôle du paludisme sur le continent.

 

Le chercheur doctorant Mohanad Mohamed, en Afrique du Sud, a utilisé des données d’expression génique de nouvelle génération pour faciliter la détection précoce et la classification des résultats du cancer en Afrique du Sud. Les délégations provinciales de la Santé ont examiné les conséquences pour la politique de santé publique en ce qui concerne l’intervention précoce et le traitement des cas de cancer avec ces marqueurs de gènes.

«DELTAS Afrique nous aide à créer la main-d’œuvre qualifiée dont le Sénégal et, au delà, l’Afrique a besoin pour relever les défis sanitaires qui contribuent aux disparités en matière de morbidité liée à la maladie. Nous sommes fiers de faire partie du programme et nous récoltons les fruits des investissements dans la science, grâce au nombre de femmes et de stagiaires de troisième cycle recrutées et à l’impact de la recherche qu’elles mènent », déclare le directeur de MARCAD, le professeur Oumar Gaye.

 

-FINS-

 

À propos de l’Académie africaine des sciences

L’Académie africaine des sciences (AAS) est un organisme panafricain indépendant, apolitique et à but non lucratif. La vision de l’AAS est axée sur la transformation des conditions de vie sur le continent africain grâce à la science. Notre mission s’articule autour du triptyque: promotion de l’excellence, conseils et mise en place de groupes de réflexion à l’effet de formuler des stratégies et des politiques en matière de science, de technologie et de l’innovation (STI) et mise en œuvre de programmes clés de lutte contre les problèmes de développement par le biais de la plateforme de financement, d’établissement d’agenda et de gestion de programmes, l’Alliance en vue d’une diffusion accélérée de l’excellence scientifique en Afrique (plate-forme AESA). Le programme DELTAS Afrique est le programme phare de renforcement des capacités dans le domaine de la recherche en sciences de la santé, prévu sur un horizon de plus de 20 ans, afin de constituer une masse critique de dirigeants et de chercheurs africains en sciences de la santé, compétitifs au niveau mondial appelés à avoir une place de choix dans l’élaboration de programmes de recherche sur la santé et dans la définition des priorités en matière de santé pour le continent africain.

La Plate-forme AESA: lancée en 2015, l’Alliance pour une diffusion accélérée de l’excellence scientifique en Afrique (AESA) est une plate-forme initiée par l’Afrique, centrée sur l’Afrique et spécifique à l’Afrique, permettant d’élaborer des stratégies, de mobiliser des ressources, de mettre en œuvre la science, la technologie et l’innovation (STI ) en Afrique, et d’évaluer l’impact de ces investissements. L’AESA a été créée par l’Académie africaine des sciences (AAS) et l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA, l’ancienne Agence du NEPAD) en partenariat avec Wellcome, la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) et le Département britannique du développement international (DFID).  L’AESA a été créée à l’effet de bouleverser le statu quo et le paysage scientifique et de faire en sorte que l’Afrique prenne ses responsabilités en s’emparant de la direction à imprimer dans la formulation de la destinée de la science en Afrique. Sa mission vise à intensifier les investissements, les stratégies et les programmes favorisant les esprits les plus brillants en Afrique, encourageant l’excellence académique, inspirant le leadership en matière de recherche et accélérant l’innovation de manière à améliorer les conditions de vie et à déplacer le centre de gravité de la science africaine vers l’Afrique.

DELTAS Afrique: Le Renforcement des capacités en termes d’excellence dans les domaines du leadership, de la formation et des sciences (DELTAS) en Afrique est un programme de 100 millions de dollars américains destiné à soutenir le développement à l’initiative de l’Afrique de chercheurs et de Responsables scientifiques d’envergure internationale en Afrique. C’est un programme de la SAA mis en œuvre avec le soutien de Wellcome et du DFID. Il s’agit d’un programme à long terme qui, sur une période initiale de cinq ans (2015-2020), soutient 11 réseaux de collaboration dirigés par des chercheurs africains de renommée mondiale dans 54 institutions chefs de file et partenaires du continent à l’effet d’investir dans des infrastructures de recherche et des réseaux de recherche, d’octroyer des bourses d’études et d’appui-conseil. L’objectif ultime de DELTAS Afrique est d’assurer la formation des chercheurs dotés des aptitudes nécessaires en matière de publication d’articles scientifiques et de conduite de travaux de recherches de haute qualité, pertinentes au niveau local, pour avoir un impact sur les sciences, les politiques et les pratiques en matière de santé en Afrique. Cette nouvelle génération de scientifiques jouera un rôle majeur dans l’élaboration et la conduite d’un programme pertinent de recherche en sciences de la santé ancré localement en Afrique, contribuant ainsi à améliorer les conditions de santé et à promouvoir le développement sur le continent.

 

À propos de Wellcome

Wellcome est une fondation caritative mondiale dédiée à l’amélioration des conditions de santé. Cette organisation octroie plus de 700 millions de livres sterling par an en appui aux esprits les plus brillants dans les domaines des sciences, des sciences humaines et des sciences sociales, et à la formation académique, la participation du public ainsi qu’à l’application de la recherche scientifique dans la médecine.

Le portefeuille d’investissements de 18 milliards de livres sterling de Wellcome lui donne l’indépendance nécessaire pour soutenir des travaux aussi transformateurs que le séquençage et la compréhension du génome humain, les recherches ayant contribué à la mise au point de médicaments de première main contre le paludisme et Wellcome Collection, notre espace gratuit pour les chercheurs invétérés qui s’adonnent sans relâche à des études approfondies dans les domaines de la médecine, de la vie et des arts.www.wellcome.ac.uk

 

À propos de la DFID

Le Département du développement international (DFID) oriente le gouvernement britannique dans la lutte contre la pauvreté par la création d’emplois, l’auto-détermination des femmes et des filles et l’aide à sauver des vies dans des situations d’urgence humanitaire. L’objectif de la Division de la recherche et des constats (RED) du DFID est de rendre le DFID plus systématique dans l’utilisation des éléments factuels comme fondements en quête de meilleures pratiques en matière de réduction de la pauvreté dans le monde et de mise en évidence d’exemples pertinents et d’excellente qualité pour d’autres. Le but visé est d’atteindre cet objectif en commanditant des recherches sur des questions clés du développement, des évaluations solides des programmes financés par UKaid, des statistiques de haute qualité et une mobilisation active auprès des décideurs.

Pour plus d’informations sur les opportunités de financement de la recherche offerts par le Département du développement international et ses partenaires de programme, bien vouloir visiter le site: https://www.gov.uk/government/organisations/department-for-international-development/about/research

 

Contacts médias:

Deborah-Fay Ndlovu

[email protected]         +254 727 660 760 | +254 20 806 0674

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *