Débrayage scolaire: Les enseignants du SYNEB en grève de 72 heures le 15 décembre

Conformément à la lettre n°15/-008-BEN/SYNEB signée le 30 novembre 2015 par le secrétaire général du syndicat national de l’éducation de base, le SYNEB envisage d’observer une grève de 72 heures allant du 15 au 17 décembre 2015 inclus, si ses revendications n’étaient pas satisfaites. Son nouveau cahier de charges contient neuf revendications allant dans le cadre de la satisfaction des droits des enseignants.

eleve ecole education enseignement maitre

Conscient de ses responsabilités pour l’avenir de l’école malienne et des nombreuses atteintes aux droits des enseignants dans notre pays, le syndicat national de l’éducation de base a jugé nécessaire de constituer un nouveau cahier de doléances en fonction des urgences actuelles. Ce  cahier de charges contenant neuf revendications a été déjà remis au ministre du Travail, de la Fonction publique, chargé des relations avec les institutions.

À défaut d’un terrain d’entente entre les deux parties, les enseignants seraient dans l’obligation de déposer la craie durant 72 heures pour se faire entendre. Parmi les revendications, le SYNEB exige la signature immédiate du projet de l’arrêté 3282 portant sur la mobilité et les congés de formation des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales ; la finalisation immédiate du processus d’intégration dans la fonction publique des collectivités des enseignants contractuels et communautaires ; la mise à jour des sessions de reclassement, d’hiérarchisation, d’avancement des enseignants de la fonction publique de l’Etat et des collectivités (CT6, CT7, CT9, CT11,CT12,CT13).

Dans le même cadre, le syndicat des enseignants du fondamental exige également la relecture du décret 437 fixant les modalités d’hiérarchisation des emplois du personnel enseignant contractuel de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale du 13 octobre 2005 ; la prise en charge douze mois sur douze de la subvention des enseignants des écoles communautaires et des animateurs des préscolaires qui sont payés neuf mois sur douze ; le paiement immédiat des arriérés de salaire des enseignants CT13 et de tous les rappels liés à l’intégration, l’avancement, l’hiérarchisation, à la correction des indices et de la double vacation.

En plus, le SYNEB demande la poursuite du remboursement des cotisations au titre de l’assurance maladie obligatoire (AMO) conformément au protocole d’accord signé le 15 décembre 2014 et la levée de suspension et le paiement immédiate des salaires du mois de novembre 2015 de tous les enseignants, suite au contrôle physique de novembre 2014.

Pour informer l’opinion publique nationale et internationale sur ce préavis de grève, le secrétaire général du syndicat national de l’éducation de base (SYNEB), Amadou Coulibaly, et les membres du bureau exécutif national donnent une conférence de presse ce vendredi à la CSTM.

Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita qui a fait son slogan de campagne : «Je vais revaloriser la fonction enseignante», acceptera-t-il que les droits de ces mêmes enseignants soient violés au vu et au su de tout le monde. Une chose est sûre, le personnel fonde beaucoup d’espoir sur le Kankélétigui afin de revaloriser cette fonction enseignante longtemps marginalisée par les précédentes autorités. Autrement dit, les enseignants veulent que la parole d’IBK soit enfin concrétisée pour le meilleur de l’école malienne.

  1. Doumbia

Source: Le Débat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *