Appui à l’éducation bilingue de base: lancement d’un nouveau projet

Faire des medersas un des leviers les plus importants de notre système éducatif, apporter un appui à la mise en œuvre de la Stratégie de croissance et de lutte contre la pauvreté 2012-2017 sont entre autres objectifs du projet d’appui à l’éducation bilingue de base (franco-arabe) lancé, hier mardi, à l’hôtel Salam de Bamako, à la faveur d’un atelier de deux jours. Le projet couvre 500 écoles bilingues (medersas) et 10 écoles coraniques pilotes dans le district de Bamako, les régions de Tombouctou, Kayes, Ségou, Sikasso, Gao et Mopti ainsi que les cercles de Kati et Nioro.

Kenekouo Barthelemy Togo ministre nationale education

La cérémonie de lancement, couplée à un atelier sur les préalables du projet, était présidée par le ministre de l’Éducation nationale, Kénékouo dit Barthélemy Togo, en présence du représentant de la Banque islamique de développement (BID), M. Kossi OFRIDAM, un partenaire de premier plan. On y notait également la présence des responsables des organisations et établissements scolaires concernés.
Le représentant de la BID a salué les efforts consentis par le gouvernement en faveur du secteur de l’Éducation. Ces efforts ont permis, tant soit peu, d’améliorer l’accès et la qualité de l’Éducation, mais aussi de rendre sa gestion plus efficiente. Malgré ces résultats encourageants obtenus, force est de reconnaitre que l’éducation fait toujours face à d’énormes défis relatifs entre autres à l’insuffisance et l’état des infrastructures, aux disparités de l’accès à l’enseignement tant régionales que par sexe.
Au regard de ces constats et convaincu que l’éducation de qualité participe efficacement à la lutte contre la pauvreté, la Banque islamique de développement, selon M. Kossi OFRIDAM, s’est engagée aux côtés du gouvernement.
Ainsi, depuis son adhésion à la BID en 1979, la coopération entre le Mali et cette institution bancaire n’a cessé de croitre et de se renforcer, a-t-il expliqué.
« À ce jour, la BID a approuvé le financement de 110 projets pour un coût total de 1195 millions de dollars des US d’Amérique. Ce portefeuille est très riche et diversifié et porte sur les secteurs prioritaires de développement économique et social, notamment l’Agriculture, les transports ; l’énergie, l’éducation, la santé, etc. », a salué le responsable de la BID. Selon lui, dans le domaine de l’éducation, la banque a participé au financement de 12 projets pour un montant total de 20,70 millions de dollars. Ces deux projets réalisés avec succès ont contribué à l’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves.
La volonté des autorités du Mali de faire des medersas un des leviers les plus importants de notre système éducatif s’est manifestée à travers notamment, l’élaboration et la validation de nouveaux programmes en 2003, la dotation en manuels, la formation des directeurs de medersas en administration scolaire, la formation des maîtres de medersas en didactique des disciplines et morale professionnelle, l’accès des élèves des medersas aux établissements d’enseignement secondaire à la charge de l’État, donc dans les mêmes conditions que ceux des écoles classiques, a expliqué le ministre Togo.
Malgré ces avancées significatives, a-t-il fait constater, le sous-secteur des medersas est resté confronter à de nombreuses difficultés. Il s’agit entre autres de l’inadaptation des curricula aux besoins des communautés, l’insuffisance de manuels scolaires adaptés, absence de données fiables et exhaustives. À ces difficultés, il faut ajouter les effets de la crise sécuritaire que le Mali a connue à partir de 2012.
« Pour ces motifs, notre pays a sollicité en juin2014 l’accompagnement de la BID pour l’élaboration d’un projet innovant permettant aux sortants de ce sous-secteur d’être performants et compétitifs », a révélé le ministre.
Ce projet vise, selon lui, à élargir l’accès et à améliorer la qualité de l’enseignement bilingue (franco-arabe) au Mali.
D’un coût de 23 millions de dollars, le projet est cofinancé par la BID à hauteur de 43 %, a indiqué le ministre Togo. Son objectif, a-t-il soutenu, est d’apporter un appui à la mise en œuvre de la Stratégie de croissance et de lutte contre la pauvreté 2012-2017, adoptée par le gouvernement du Mali pour l’atteinte des objectifs à l’Éducation universelle de base du développement du millénaire. Le projet couvre 500 écoles bilingues (medersas) et 10 écoles coraniques pilotes dans les régions de Bamako, Tombouctou, Kayes, Ségou, Sikasso, Gao, Mopti, et les cercles de Kati et Nioro. Il est donc prévu dans le cadre du projet, la révision harmonieuse du curriculum, l’élaboration et l’impression des manuels, l’acquisition de matériel didactique, la formation du personnel enseignant, des campagnes de sensibilisation pour la promotion de l’enseignement bilingue et la scolarisation des filles, la construction ou la réhabilitation et l’équipement de l’Institut de formation des Maîtres Hégir de Tombouctou, d’un nouvel IFM à Kayes, etc.

Par Sidi Dao

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *