ANCIENS DE L’AEEM : S’inspirer du passé pour analyser le présent et réfléchir sur l’avenir

Dans les cendres du passé de l’AEEM, ressuscitent ceux qui ont fait la grandeur et exercé la plénitude de la mission initiale du mouvement estudiantin : l’émergence de la démocratie et une école de qualité.

Le forum international des anciens de l’AEEM (FIA-AEEM) a organisé une conférence de presse le samedi 30 mars 2019 à l’hôtel Millénium de l’ACI-2000. Elle était animée par Moussa Guindo, porte-parole du forum, et Ismaël Dicko, membre du même forum.
L’objectif est de retrouver l’unité de tous les anciens de l’AEEM autour de thématiques importantes qui doivent répondre aux grandes préoccupations actuelles du Mali. Pour atteindre cet objectif, le forum va concevoir un cadre large de concertations qui renforce l’unité, la solidarité entre les anciens du mouvement ; débattre des thématiques importantes, notamment l’école qui fait notre honte aujourd’hui et rendre publique notre contribution à remettre à qui de droit et engager des réflexions approfondies allant dans le sens d’améliorer de l’image de l’AEEM, celle de ses dirigeants d’aujourd’hui et ceux d’hier dans l’opinion malienne.
Acteurs clés du processus de démocratisation au Mali, les anciens de l’AEEM sont très préoccupés par la situation actuelle de l’école malienne : « Plus de cours, plus de formation de qualité, on assiste impuissant au développement de la violence en milieu scolaire qui a coûté la vie à des enfants de ce pays qui n’aspiraient qu’aller à apprendre pour servir », a dit le porte-parole du comité de veille, et du secrétariat permanent, Moussa Guindo. Le forum a lancé un appel pressant aux forces vives de la nation et en particulier à tous les anciens de l’AEEM, à se mobiliser sans délai autour de l’école et pour la paix au Mali.
Dans le cas de l’école, le forum a déjà fait un diagnostic car pour lui, l’école est malade et même très malade. Il urge, selon eux ; de faire des propositions concrètes susceptibles d’aider à relever le défi. Il s’agit notamment de la valorisation de la fonction enseignante, du manque d’infrastructure, de la mauvaise gouvernance, du faible financement de l’éducation, de l’inadéquation formation/emploi, de la problématique des écoles privées et de la vie syndicale et de la violence en milieu scolaire et universitaire.
Enfin le forum en tant qu’activité aura lieu en octobre 2019, il sera une occasion de redonner une véritable direction aux futures actions du FIA-AEEM.
B. M.

 

Source: lepointdumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *