Dramane Traoré Conseiller au maire de la commune de Souba : « On doit se donner la main pour la cohésion sociale, et le développement de la commune de Souba »

Dans le cadre de la réconciliation et le maintien de la paix, Dramane Traoré conseiller au Maire de la commune de Souba , président de la commission pour le développement rural et de l’information ; encore non moins président de la commission pour la résolution et la prévention des conflits de ladite commune parle à cœur ouvert à notre rédaction.

Le psychiatre : Conseiller au Maire Dramane Traoré bonjours tout récemment quel était l’objet de votre visite dans la commune de Souba ?

Dramane Traoré : il y’avait un conflit entre les peuhls et les bambaras de certains villages dans la commune, j’ai dit au Maire que nous devons faire quelqueschoses pour éviter le pire, toutes relations étaient rompues ; les peuhls ne pouvaientmême pas s’approvisionner en eau potable et en tant que les élis de la commune on ne pouvait pas rester les bras croisés.

Le psychiatre : Est-ce que vous avez pu réconcilier les villages pour maintenir la paix ?

DT : depuis que le Maire m’a nommé président de la commission pour la résolution et la prévention des conflits, je me suis dit qu’il faut une assise communale qui a réuni les vingt-sept chefs de villages, les chefs religieux, et les différentes couches composantes de la commune. Dieu merci la médiation a abouti par ce que les gens se sont pardonnés. Pour cela je suis vraiment content en tant que le président de la commission pour le développement rural, et de l’information. Par ce que sans la paix il n’y’a pas de développement et c’est la main dans la main qu’on peut faire développer la commune.

Le psychiatre : comment gérez- vous ces deux responsabilités à savoir président de la commission pour le développement rural, de l’information et de la commission pour la résolution et la prévention des conflits ?

DT : c’une grande confiance que le Maire m’a accordé comme ça, et c’est ma première fois d’être élis dans la commune, je ferai tout mon possible pour être à la hauteur de deux tâches, et je pense bien que les deux vont ensemble par ce qu’on ne peut pas faire le développement dans les conflits. Mais il faut surtout savoir que toutes les commissions travaillent sous l’ordre du Maire qui nous facilite la tâche.

Le psychiatre : un appel à lancer aux habitants de la commune de Souba ?

DT : la commune commence par les familles, les villages ce que j’ai à dire aux habitants de Souba c’est de se donner la main pour le progrès de cette commune. C’est la seule bonne recette que nous allons avancer nous aussi et pour le développement de cette commune chacun compte. Donc arrêtons de faire des conflits inutiles ; car c’est dans la cohésion sociale que la commune va avancer voire le pays.

Le psychiatre : qu’avez –vous à dire à l’ensemble de la population malienne ?

DT: on est obligé de faire la paix, nos ancêtres ont maintenu la paix, et la cohésion sociale dans ce pays autour d’une seule idée c’est de penser aux dirigés et de faire proprement ce qui a été convenu par l’ensemble de la population.

Le psychiatre : votre mot de la fin ?

DT : toujours c’est de faire la paix car sans elle, il n’y’a rien

Propos recueillis par Mamadou Drissa Traoré

 

Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *