Discours à l’occasion de la passation de service entre le Directeur sortant et la nouvelle Directrice générale de l’INPS

Monsieur l’Inspecteur en chef des Affaires Sociales
Messieurs les membres de l’équipe de supervision
Madame le Directeur Général
Monsieur le Directeur Général Adjoint
Monsieur l’Agent Comptable
Monsieur le Délégué du contrôle Financier
Mesdames et Messieurs


L’occasion est opportune pour rendre grâce à Dieu qui nous a permis de voir ce jour.
Et nous sommes ici rassemblés ce jour pour saluer la fin de ma mission à l’Institut National de Prévoyance Sociale. C’est le moment de dire comme Mireille à l’enterrement de Paul Verlaine « regarde, tous les amis sont là, divers par l’âge, par le sexe, par localités et pourtant profondément unis par ce qui est l’essence même de l’INPS : la solidarité »
Permettez-moi pour commencer par rendre hommage à mes illustres bienfaiteurs car comme nos traditions et coutumes nous l’enseignent : « ne nous souvenons pas seulement de ce que nous devenons en oubliant d’où nous venons »
Un Directeur général s’en va, un autre arrive.
C’est le lieu de remercier très chaleureusement toute ma famille et, de rendre un hommage mérité à tous ceux qui m’ont fait confiance. Je veux nommer le président Moussa TRAORE, grâce à qui, j’ai pu servir le Mali, dès mon jeune âge au plus haut sommet de l’Etat et tous les autres présidents de la République qui se sont succédé et qui ont continué à m’investir de leur confiance, je pense au Président Alpha Oumar Konaré, au Professeur Dioncounda Traoré. Je voudrais remercier de manière sentie le Président Amadou Toumani TOURE que je ne saurai ne pas mentionner ici, pour trois raisons majeures :
– Ma nomination à la Présidence de la Cellule d’Appui aux Structures de Contrôle de l’Administration (CASCA) cumulativement avec les fonctions de Secrétaire Général Adjoint de la Présidence de la République du Mali.
– La visite historique qu’il a rendue à mon père,
– Ma nomination à la Direction Générale de l’Institut National de Prévoyance Sociale.
Permettez-m’en ces instants solennels de leur traduire l’expression renouvelée de mon infinie reconnaissance pour cette grande confiance dont ils m’ont fait l’insigne honneur.
Monsieur l’Inspecteur en chef des Affaires Sociales
Messieurs les membres de l’équipe de supervision
Madame le Directeur Général
Monsieur le Directeur Général Adjoint
Monsieur l’Agent Comptable
Monsieur le Délégué du contrôle Financier
Mesdames et Messieurs
Le Directeur général qui se tient devant vous est le 11ème de l’histoire de l’Institut. Aussi, m’en voudrai je si je ne rendrai pas un hommage à mes illustres prédécesseurs pour l’immense travail qu’ils ont abattu pour l’INPS soit au niveau où il se trouve aujourd’hui.
Permettez-moi enfin d’exprimer à l’endroit des membres du conseil d’administration et des ministres de tutelle ma reconnaissance pour leur constant accompagnement.
M’adressant à l’ensemble du personnel, permettez-moi de rappeler que l’Institut dont la cause nous réunit aujourd’hui est le fruit de l’histoire de plusieurs générations.
C’est le fruit de destin d’hommes qui ont décidé de s’élever au-delà de ce qui était écrit pour eux, qui ont eu le courage de s’élever contre les différences de toute nature parfois les peurs.
Quel édifice ne perd pas son sens, voire sa beauté s’il pas habité par des hommes porteurs d’un idéal.
Nous jugeons aujourd’hui nos ainés et l’histoire aura aussi à nous juger.
Elle pèsera sévèrement les concessions que nous aurons faites au calcul de court terme, aux facilités du moment. Ce qu’elle retiendra en notre faveur, c’est la sincérité de notre attachement au service public et au travail bien fait car « le seul moyen d’être heureux disait Fustel de Coulanges, est de se consacrer à une œuvre à laquelle on a foi »
Madame le Directeur Général, tout en vous souhaitant la bienvenue, je vous renouvelle mes chaleureuses et sincères félicitations et vous souhaite beaucoup de succès dans les nouvelles fonctions que vous êtes appelée à assumer à un tournant décisif et dans une conjoncture aussi difficile en dépit des opportunités qui autorisent l’optimisme et recommandent plus de prospective et de pragmatisme.
Je termine ma mission à l’INPS qui avait commencé le 08 mai 2009. Si on peut mesurer ce parcours, il représente peu pour la vie d’une institution comme l’INPS.
Aussi, j’exhorte l’ensemble des agents à continuer d’accorder plus d’attention à leurs missions pour plus de résultats et surtout une meilleure qualité de service aux usagers.
Il y a 10 ans que nous travaillons ensemble et j’ai énormément appris au cours de ce parcours et j’en suis fier. Les meilleures pages de notre collaboration, mesdames et messieurs, c’est vous qui les avez écrites.
Appelé à d’autres fonction toujours au service du Mali, je pars d’ici avec une émotion intense mais très confiant en l’avenir de l’Institut.
Messieurs les membres de l’équipe de supervision
Madame le Directeur Général
Monsieur le Directeur Général Adjoint
Monsieur l’Agent Comptable
Monsieur le Délégué du contrôle Financier
Mesdames et Messieurs
Les résultats obtenus par notre organisme au cours de ces dernières années sont très importants et le classent parmi les cinq (5) plus grands organismes de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale « CIPRES » dont le portefeuille est composé de 22 organismes de prévoyance sociale.
Au plan des recettes budgétaires, on note une progression de 300%.
En effet, de 63 milliards de recettes de cotisations en 2009, l’INPS se fixe en 2019 un objectif de 180 milliards de francs CFA de recettes pour 164 milliards de dépenses.
Je dois saluer cet effort qui est le fruit de l’engagement de chacun et de tous.
Ces résultats ont été obtenus avec la valeureuse contribution de chacun et de tous. Vous avez tout donné.
Comme le dit l’adage, « on donne peu lorsqu’on donne de ses biens, c’est surtout lorsqu’on donne de soi même qu’on donne beaucoup ».
Je vous en remercie infiniment.
Ces remerciements s’adressent également aux sections syndicales UNTM, CSTM, CDTM sans le soutien desquelles, rien de tout cela n’aurait vu le jour.
Dix ans durant, nous n’avons enregistré aucun débrayage du personnel. Cela grâce au sens élevé des responsables syndicaux que je ne cesserai jamais de saluer et de m’en féliciter. Je tiens à remercier de façon ressentie chacun d’entre vous pour les bons moments que nous avons partagés, cela a été gratifiant pour moi de travailler aux côtés de nombre d’entre vous et, d’avoir pu m’enrichir de votre expérience.
A l’endroit du personnel de Bamako, des régions de Paris ainsi qu’à mes principaux collaborateurs, je voudrai vous exprimer ma très profonde gratitude pour la bonne collaboration et tous les appuis que vous m’avez accordés pendant 10 ans que je n’ai pas vu passer, tant la tâche était exaltante.
Je n’ai pas la prétention d’avoir tout réussi, j’estime avoir accompli ma part de mission. Si beaucoup a été fait, le bout du tunnel est encore très loin.
Aussi j’invite tout le personnel de l’Institut à se serrer davantage la ceinture pour relever les grands défis de l’heure au nombre desquels, je retiens principalement l’extension de la sécurité sociale aux couches non couvertes, les réformes paramétriques, la maitrise des comptes individuels, cotisants, la déconcentration des activités de l’INPS, les E-SERVICES, la mise en route des travaux d’élaboration du cadastre de l’Institut et le paiement instantané des droits.
Monsieur l’Inspecteur en chef des Affaires Sociales, chef de mission de supervision
Messieurs les membres de l’équipe de supervision
Madame le Directeur Général
Monsieur le Directeur Général Adjoint
Monsieur l’Agent Comptable
Monsieur le Délégué du contrôle Financier
Mesdames et Messieurs
Dix ans de collaboration, beaucoup d’eau a coulé sous le pont.
Bien sûr, tout n’a pas été heureux mais tout n’a pas été aussi malheureux.
Aussi, voudrai-je du plus profond de mon cœur, demander pardon à tous ceux et à toutes celles que j’ai pu offenser par mes propos, mes actes, mon comportement ou par omission.
Je sollicite votre indulgence pour accepter ou comprendre que j’ai fait ce que j’ai pu ou su faire dans les limites de mes pouvoirs et savoir-faire.
Monsieur l’Inspecteur en chef des Affaires Sociales, chef de mission de supervision
Messieurs les membres de l’équipe de supervision
Madame le Directeur Général
Monsieur le Directeur Général Adjoint
Monsieur l’Agent Comptable
Monsieur le Délégué du contrôle Financier
Mesdames et Messieurs
La légitimé de la fonction publique, comme vous le savez, repose sur la satisfaction des attentes des usagers. En cette matière comme dans tant d’autres, nos concitoyens sont de plus en plus exigeants et souhaitent dans leurs relations avec les services publics de façon générale et les services sociaux de base comme l’Institut en particulier un esprit d’ouverture à leurs préoccupations concrètes. Par contre, ils redoutent la complexité administrative et exigent que tout soit mis en œuvre pour que leurs droits soient payés à temps. En d’autres termes, ils souhaitent des services publics moins orientés vers la gestion strictement administrative des problèmes et plus ouverts à la notion de service rendu.
C’est ainsi qu’ils comprennent la notion d’intérêt général dont les responsables des services publics, à quelque échelon où ils se trouvent, doivent être porteurs.
Je ne doute pas, Madame le Directeur Général, au regard de votre longue et riche carrière administrative et du professionnalisme de vos collaborateurs que ces exigences soient au-delà de vos compétences.
Vive L’INPS,
JE VOUS REMERCIE.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *