Sans Tabou: Montreuil, nos compatriotes doivent se remettre en cause

Il y a une semaine, plus de 200 Maliens sont sous la pluie et le vent glacial de Paris, parce que n’ont plus où dormir, après la démolition du foyer Bara de Montreuil. À vue d’œil, on croirait qu’il s’agit d’immigrés maliens à Paris abandonnés par les autorités. Mais il n’en est rien en réalité. C’est plutôt des Maliens victimes de leur mauvais comportement vis-à-vis des lois du pays d’accueil.

Les images sur les réseaux sociaux montrent des femmes et des hommes qui se recroquevillent autour du feu de bois dont les fumées envahissent les rues de Montreuil, des slogans hostiles au gouvernement, au consulat du Mali à Paris auquel il est reproché un crime d’abandon.

Le ministre en charge des Maliens de l’extérieur en a eu pour son compte pour avoir été hué et insulté, suite à sa décision d’aller voir ces Maliens sous le froid. Pour couronner le tout, des activistes maliens et représentants des partis de l’opposition prennent d’assaut ces lieux pour assouvir leur dessein politicien, pour alimenter leur page Facebook et autre réseaux sociaux. L’image avilissante collée, depuis une semaine à notre pays par des nôtres ternit davantage le tableau peu honorable d’un Mali victime, ces temps-ci, de narco-terroristes qui endeuillent la nation. Qu’est-il arrivé pour que certains de nos compatriotes se retrouvent ainsi dans la rue face au froid ?
Selon nos sources, lorsque le foyer Bara a été déguerpi, tous ses occupants ont été hébergés dans un centre, même les sans-papiers. Pour éviter la zizanie dans ce nouveau centre d’accueil où les autorités compétentes parisiennes ont mis en place un dispositif de contrôle.
« Ils ont, à cet effet, donné un ticket d’entrée à tout un chacun. Et tout se passait bien durant toute la journée du mardi 29 octobre 2019 », nous a révélé un Malien à Paris et qui travaille non loin dudit centre d’accueil. Mais cette accalmie ne durera pas longtemps, à cause de l’indélicatesse de certains Maliens qui ont une fois de plus fait de notre pays la risée du monde entier en bastonnant des vigiles à sang, qui sécurisaient les lieux.
Pour répondre à cette attitude peu catholique, les autorités compétentes ont, malgré les suppliques du Maire de Montreuil d’héberger tout le monde, décidé de revoir leur copie en acceptant seulement les migrants réguliers et les sans-papiers des autres pays. En conséquence, une dizaine de Maliens serait refoulée du sol français pour cette forfaiture. Pire, il nous revient que seuls les Maliens sont visés désormais par les patrouilles à la suite de cette forfaiture qui a ainsi exposé tous nos compatriotes.
De plus en plus, il nous revient que les Maliens ne véhiculent plus une bonne image du pays, à l’étranger, à travers leurs comportements.
« Ici à Paris, c’est seulement les Maliens qui s’adonnent à des bagarres violentes, soit entre eux-mêmes, soit avec les forces de l’ordre. Il y a, à peine un mois, j’ai eu la honte de ma vie, lorsque le hasard m’a mis face des Maliens activistes pro et anti régime IBK se lancer des insultes grossières suivies d’une altercation violente », a révélé un témoin.
En tout état de cause, il est temps que ces expulsés se remettent en cause et fassent un mea-culpa, tout en demandant le pardon et la clémence des autorités françaises pour être hébergés au même titre que les autres africains sans papiers qui bénéficient de tous les avantages de la loi dite de la trêve hivernale qui protège les sans-papiers en certaines saisons de l’année.

PAR CHRISTELLE KONE

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *