Marne : environ 200 personnes défilent pour Sissoko, jeune Malien décédé dans un foyer

Châlons-en-Champagne, 11 jan 2017 (AFP) – Environ 200 personnes ont participé mercredi à Châlons-en-Champagne à la marche blanche en mémoire de Denko Sissoko, un jeune Malien qui s’est tué vendredi en sautant par la fenêtre d’un foyer d’accueil, a constaté l’AFP sur place.

marche protestation manifestation solidarite diaspora immigre aventurier migrants

“On est là pour rendre hommage à notre frérot Sissoko”, a déclaré Mohammed, mineur ivoirien de 16 ans, un portrait de son ami (du même âge) accroché au dos de son t-shirt.

“Justice pour Sissoko”, “Pour un meilleur accueil des mineurs isolés”, a-t-on pu lire sur les banderoles en tête du cortège qui a rejoint le foyer où s’est déroulé le drame.

Sissoko avait été retrouvé “inconscient” vendredi soir au pied du foyer d’hébergement où il résidait depuis le 22 novembre dernier, selon le parquet de Châlons-en-Champagne, qui a privilégié “l’hypothèse du suicide”.

Il occupait l’une des 73 chambres pour mineurs isolés mises à disposition par cette structure gérée par une association.

L’antenne châlonnaise du Réseau Education Sans Frontières (RESF) a associé la mort du jeune homme à sa peur d’être expulsé de France.

“Ces jeunes sont maintenus sous une pression psychologique, c’est très stressant pour eux, donc parfois on peut péter un câble”, a déploré Marie-Pierre Barrière, membre locale de RESF.

Pourtant, “Sissoko était joyeux et fréquentait ses amis”, s’est ému Mamadou, arrivé de Guinée il y a deux mois.

“On nous dit que si les papiers ne sont pas bons, on va venir nous menotter puis nous juger alors si on voit une voiture de police on s’enferme dans notre chambre et certains tentent de s’enfuir”, a-t-il expliqué, rose blanche à la
main.

Aucun des participants à la marche n’a été en mesure de donner des indications sur ce qui s’est passé le jour du drame.

Le parquet de Châlons-en-Champagne avait précisé que le Conseil départemental, ayant “un doute” sur la minorité” du Malien, procédait à des vérifications sur son âge.

Mais il a souligné qu'”aucun élément n’a montré que des policiers seraient intervenus auprès de ce jeune” au moment du drame ou en amont.

Aucun membre de la direction du foyer n’a participé à la marche, qui s’est
terminée par une minute de silence, brisée par les irrépressibles sanglots des
amis de la victime.
fal/tma/mm

 

Source: AFP

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *