3e Conseil d’Administration du Conseil Supérieur de la Diaspora du Mali-CSDM : un bilan jugé positif avec 48 pays membres et plus de 1 615 000 membres à travers le monde

Hier jeudi 21 janvier 2021, le siège-Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne CSDM-Mali a abrité les travaux de son 3e Conseil d’Administration. Le rapport d’activité et financier 2015-2020 a été examiné par le volontarisme  du Président Mohamed Cherif Haïdara, les 48 délégués du Conseil Pays et les membres du bureau exécutif.

 

Créé le 4 septembre 2015 à Bamako, le CSDM sous la Houlette du Président exécutif national Mohamed Chérif Haïdara, après 5 ans de parcours a mené plusieurs actions concernant pour l’essentiel : les activités revendicatives et de protection des droits des  migrants ; l’organisation et la participation aux forums ; la consolidation de la base sociale par l’accélération de l’implantation de nouvelles structures à l’international, la médiation pour la résolution de la crise multidimensionnelle qui frappe de plein fouet notre pays depuis 2012 et enfin, l’initiation et le soutien aux projets socioéconomiques d’accès au logement, d’activités économiques de création d’emplois. Avec les gouvernements successifs, le CSDM s’est fortement impliqué dans la recherche de l’équilibre et la stabilité des institutions juridiques, politiques et administratives du pays.

 

Au cours de sa réponse aux questions des journalistes, le Président Mohamed Chérif Haïdara a rappelé que le CSDM a été impliqué dans tous les problèmes de la diaspora, dont ceux de la lutte de l’Algérie, l’accord de réadmission, le problème de QNet en Guinée, tout en remerciant le ministère en charge des Maliens de l’extérieur pour son accompagnement.

Ainsi, il a retracé le parcours de quelques activités phares que le CSDM, grand acteur et partenaire de l’OIM, a effectué : « nous avons créé la 3e édition du forum de la diaspora africaine qui a prouvé à travers le monde qu’on peut aider les Maliens de l’extérieur à surpasser les différends ».

De poursuivre : « c’est le CSDM qui a proposé aux partis politiques et au gouvernement de prolonger le  mandat des députés. Il a pu initier une négociation de main tendue ; proposer les 5 points qui ont été l’objet de discussion entre le M5-RFP et gouvernement d’IBK ;  a rencontré la CEDEAO pour l’exprimer clairement, ce dont le Mali a besoin pour sa stabilité, a su mesurer, analyser, apprécier sainement les problèmes du Mali actuel, a été le 1er à demander à ce que la CEDEAO compte le nombre de maliens vivant dans l’espace CEDEAO ».

Selon ses dires, cette  présente cérémonie servira à évaluer le rôle de la diaspora  pour le Mali de demain, quel type d’immigré nous voulons ? Qu’est-ce qui peut être fait pour une immigration qui correspond à la réalité actuelle ?

Il a indiqué que le CSDM a identifié 452 types de travail qu’un immigré peut faire en Europe, avant de se demander, qu’est ce que le Mali va faire pour que cette immigration soit une réalité béante ?

Avant de situer la responsabilité sur l’État malien.

« Nous voulons une banque d’investissement qui va  nous aider à financer nos projets, créer de l’emploi, donner aux Maliens la possibilité de rester. Nous allons débattre; comment accompagner la transition pour une immigration réussie ? Nous voulons parler de ceux qui vont revenir, pas de retraités, mais  de personnes capables » a-t-il sollicité.

Fier de son bilan, le CSDM après avoir commencé en 2015 avec 17 pays se retrouve aujourd’hui avec 48 pays avec plus de 1 615 000 (un million six cent quinze mille) membres à travers le monde, et plus de 10 000 actifs qui cotisent pour le fonctionnement du CSDM.

Le congrès du CSDM prévu pour ce matin au CICB rendra compte des activités qui seront exécutées au cours des 5 prochaines années.

Aïssétou Cissé

Source : LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *