DES ARRIÉRÉS DE SALAIRE AU CŒUR D’UNE VIVE TENSION À ACCESS

Le dossier en cours à l’Inspection du Travail

Pour des questions d’arriérés de salaire ces derniers temps, le bras de fer est tendu entre le Président Directeur Général (PDG) de ACCESS/Énergie, Eau et Environnement, Dr Ibrahim Togola, et beaucoup de ses employés qui sont désormais sur pied de guerre. Que Dieu nous sauvegarde. Dr Ibrahim Togola doit accepter d’ouvrir des négociations avec ses employés afin de trouver une solution à ce problème. Le dialogue permet de trouver des solutions à tout problème dans notre pays.

 

Dans cette situation, si certains réclament deux mois d’arriérés de salaires, d’autres réclament trois ou plus. Selon les employés réclamant leurs arriérés, chacun a été recruté sur des bases différentes. Ils dénoncent le contrat d’essai qui s’est fait verbalement. «Je vous avoue que nous avons été floués dans cette affaire. On m’a donné un contrat d’essai qui n’a jamais été matérialisé sur papier. C’était verbal. Depuis, cela fait des années que je travaille dans cette entreprise sans contrat de travail. Même en termes de salaire, il n’y a pas de bulletin. Beaucoup d’entre nous sont payés par Orange-Money. Ces derniers temps, on n’arrive plus à nous payer. D’où des arriérés de salaire. Notre groupe dans cette situation compte vingt-sept (27) membres. Cela est inacceptable», précise un jeune visiblement très remonté contre la situation qui prévaut ces derniers temps au sein de l’entreprise. Il ressort des explications, que seulement trois d’entre eux auraient des contrats: un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) et deux (02) Contrats à Durée Déterminée (CDD).

«Dès lors qu’on te recrute et qu’on t’envoie sur le terrain, c’est fini», disent-ils. Ils notent qu’ils ne bénéficient d’aucun droit de travail : pas d’INPS, pas d’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), pas de congé, entre autres. Ils dénoncent le problème d’amélioration des conditions de vie et de travail. Selon nos sources, toutes les démarches entreprises afin de pouvoir rencontrer Dr Ibrahim Togola autour des différentes préoccupations sont restées vaines. C’est ce qui a prévalu la convocation de l’Inspection du Travail. Nos interlocuteurs précisent qu’ils se sont retrouvés à l’Inspection du Travail avec Dr Ibrahim Togola pour un premier round. Il ressort de leurs explications que le montant des arriérés de salaire s’élèvent à 5.624.000 FCFA.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MARDI 18 FÉVRIER 2020

Tougouna A. TRAORÉ

NOUVEL HORIZON

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *