« Déguerpir sans assainir » : Quelle gestion environnementale pour le district de Bamako ?

Déguerpir « Oui », cependant ne faudra-t-il pas aussi songer à assainir un peu ? L’opération « ville propre » d’Ami Kane diversement appréciée par les bamakois est sur le point d’être vigoureusement contestée par l’ensemble des maliens.

liberation operation Deguerpissement  voie public

Si certains jugent la mesure impopulaire et précisent qu’elle va envoyer des milliers de jeunes au chômage, d’autres affirment qu’elle aurait pu commencer par l’assainissement. S’agissant de dégager les montagnes d’ordures (comme celle d’Hamdallaye, près du cimetière) qui empuantissent nos avenues à chaque coup de vent, et cela depuis des années.

Par ailleurs, la gestion des ordures ménagères, des déchets liquides et des eaux pluviales dans le district de Bamako devient un véritable casse-tête surtout en période hivernale. Les caniveaux construits pour faciliter le drainage des eaux de toute nature sont devenus des lieux où l’on déverse des ordures. A leur tour, les populations riveraines des fossés non d’autre choix que d’enlever les ordures des fossés pour les déposer au bord des routes.

Aujourd’hui, l’on assiste à ce pareil cas même au grand marché de Bamako qui vient d’être déguerpi, il y a de cela deux semaines. Des ordures envahies par des mouches de toute nature sont entassées partout, de l’échangeur piéton au niveau de la gare ferroviaire à Dabani, en passant par l’artisanat, par faute de moyen pour les dépôts de transit et par manque d’une destination finale. Ces ordures dont la mauvaise gestion constitue un grand risque d’inondation ne sont-elles pas une menace contre la santé publique ?

Quant à Ozone Mali et les autres acteurs sur le terrain, ils évoluent dans des conflits d’intérêt et de compétence. D’autre part, « chacun pense que c’est le travail de l’autre ». Cette situation alarmante n’est-elle pas prioritaire par rapport à l’opération de déguerpissement particulièrement pendant une période mal choisie ?

 

La rédaction 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *