Débat communal : L’AMM au cœur du processus de réconciliation et de la paix au niveau local

L’Association des Municipalités du Mali (AMM), est une organisation faitière de l’ensemble des 703 communes du Mali et la mairie du District de Bamako. Elle a axée depuis mars 2012, l’essentiel de ses activités sur la gestion de la crise à travers une série d’actions, dont le débat communal dans les Communes de Douentza, Pétaka, Dallah, Commune de Téninkou et celle de Youwarou en première étape constituent une des composantes les plus importantes. Le programme d’appui à l’Association des Municipalités du Mali pour la restauration de la paix et de la sécurité sous la maîtrise d’ouvrage des Communes. Il vise à travers un diagnostic communautaire et ensuite faire l’identification des priorités de développement à travers l’élaboration d’un plan d’action.

 

commune urbaine koutiala maire parti sadi dramane sountoura

 Le débat communal a eu lieu dans trois Communes du cercle de Douentza, il s’agit de la Commune urbaine de Douentza, Commune rurale de Pétaka et la Commune rurale de Dallah ainsi que les Communes de Téninkou et de Youwarou dans la région de Mopti. Ce débat communal a été un cadre de concertation qui a permis aux différents acteurs à la base de s’exprimer librement de leurs préoccupations pendant et après l’occupation djihadistes.

Etaient présent à la dite cérémonie les autorités politiques, administratives, militaires, les confessions religieuses, le regroupement des femmes, des jeunes, les leaders d’opinions, les organisations socioprofessionnelles.

 

 

Elle était présidée par le préfet du cercle de Douentza, M. Issiaka Bathily, du vice-président de l’Association des Municipalités du Mali, M. Yacouba Traoré, maire de la Commune de Tagandougou, cercle de Yanfolila, du représentant de la coordination AMM de la région de Mopti, M. Aly Inogo Dolo, du Directeur Exécutif, de l’Association des Municipalités du Mali (AMM) M. Youssouf Diakité, et du coordinateur du programme d’appui à l’Association des Municipalités du Mali pour la restauration de la paix et de la sécurité sous la maîtrise d’ouvrage des Communes, M. Samba H. Maïga.

 

 

Dans son allocution , le vice-président de l’Association des Municipalités du Mali (AMM), M. Yacouba Traoré, maire de la Commune de Tagandougou, cercle de Yanfolila souligna qu’à partir de mars 2012, lorsque la grave crise s’est installée avec l’occupation des régions nord du pays et une partie de la région de Mopti et Ségou, les élus locaux, à travers les responsabilités et engagements qui sont les leurs en matières de gestion de proximité des communautés à la base, sont à leurs corps défendant restés auprès des populations et avec tous les risques, pour continuer à assurer la police administrative à offrir les services sociaux de base, avec les maigres moyens matériels, financiers, et humains à leur disposition.

Il a ajouté, qu’aujourd’hui avec le retour de la stabilité et l’arrivée de déplacés et réfugié, ces populations vivent une nouvelle expérience : celle de réapprendre à vivre ensemble sur cet espace qui est le leur, de cohabiter avec ceux qui furent les occupants, peut être les bourreaux d’hier.

 

 

Cette belle initiative de la Commune urbaine de Douentza est de faciliter le dialogue intercommunautaire pour la réconciliation et la cohésion sociale pour une paix durable.

Il termine pour dire que : c’est donc un sentiment de légitime fierté et de joie qui m’anime aujourd’hui à l’occasion de cette cérémonie qui vise solennellement et symboliquement à sceller, consolider et renforcer le processus de réconciliation des esprits et des cœurs, d’apaisement des sentiments, de restauration de la quiétude et de la sérénité des populations des Communes.

 

 

Dans son discours le préfet du cercle de Douentza dira : Permettez-moi, au nom des autorités administratives et politique et au mien propre de vous exprimer toute ma reconnaissance et ma grande satisfaction pour cette forte mobilisation dans le cadre du débat communal autour de la réconciliation sociale, économique et culturelle.

Après la crise sécuritaire que vient de traverser notre pays, l’heure est venue pour nous de contribuer à la mise en œuvre des actions initiées par l’AMM et ses partenaires (APL, DGCT et la coopération Allemande à travers le Programme d’Appui aux Collectivités (PACT) GIZ, les Ambassades de France, des Pays-Bas et de l’Espagne d’appuyer la tenue des débats communaux avec une seule ambition  de relever les défis tels que :

– favoriser  et encourager le dialogue, la compréhension mutuelle entre les habitants en vue de prôner le pardon ;

 

 

– identifier et analyser les causes profondes de la crise autour des projets concrets et structurants de développement.

La crise a sans doute mis à rude épreuve le tissu social et nous devons avoir l’intelligence et les ressources pour ramener la cohésion.

L’organisation des débats communaux vise un seul objectif.il s’agit d’appuyer les collectivités locales à relever les défis consécutives de la crise.

 

 

Et en fin, il dira que la collectivité locale responsable du développement et de la maitrise d’ouvrage il lui incombe d’assurer la réalisation des actions identifiées, et priorisées lors du débat communal et d’inscrire ces actions dans le cadre des initiatives nationales visant la réconciliation et la reconstruction post- conflit.

 

 

Deux équipes de prestataires avaient fait un diagnostic communautaire dans  les différentes communes et ont procédé à un exposé des travaux qui a été débattu  de façon démocratique et approuvé par la suite les recommandations.

 

 

Le programme vise à amorcer le développement local avec la trilogie «Paix, Sécurité et Développement».

Le débat s’est donc déroulé dans les trois Communes et pendant trois les uns et les autres se sont exprimés de façon directe pour évoquer leurs préoccupations quotidiennes, les difficultés pendant et après l’occupation et des propositions de sortie de crise pour une relance des activités sociaux-économiques des Communes, mais et surtout pour la restauration de la paix et de la réconciliation intercommunautaire.

Le débat communal a permis l’identification des priorités de développement au niveau de la Commune, à travers l’élaboration d’un plan d’action. Le rapprochement a permis de dissiper certaines incompréhensions entre la population elle-même et entre elle et les autorités.

Au cours des débats communaux La typologie des conflits se situe comme suit :

– attaques à mains armées de la part des bandits armées ;

– conflits de destruction de champs de culture ;

– conflits liés à la gestion des terres de culture (exploitation et appariation) ;

– conflits liés à la destruction des arbres utiles ;

– conflits entre les éleveurs du delta inondé et la population de la commune de Dallah et du cercle de Douentza ;

– conflits liés à la chefferie des villages ;

– conflit politique (leaders politiques locaux) ;

– vols de boutiques par les bandits armés.

Signalons, que le temps fort des débats au niveau des Communes a été marqué par la signature d’un contrat social en faveur de la paix et de la réconciliation pour l’ensemble des acteurs pour œuvrer dans sa bonne marche dans les Communes de Douentza, Pétaka, Dallah, Commune de Youwarou et la Commune de Téninkou.

Dans les prochains jours, le programme ira dans d’autres Communes pour le même type d’exercice.

M. GUITTEYE

SOURCE: Inter De Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *