Flambée des prix des denrées de première nécessité : Jusqu’où le calvaire des Maliens ?

S’il y a un constat partagé par l’ensemble des Maliens, c’est bien la hausse vertigineuse  des prix des denrées de première nécessité. Cette hausse des prix impacte sur le pouvoir d’achat des consommateurs. Sur presque tous lesmarchés de Bamako, clients et commerçants entonnent la même rengaine : l’inaccessibilité des produits de base (sucre, viande, huile, riz…). Nos reporters ont sillonné certains marchés de la capitale. Reportage.

occupation illégale anarchique ville kayes marche vendeurs acheteur commercant

Dans des marchés du district de Bamako, les prix des denrées de première nécessité ont pris l’ascenseur. Le citoyen lambda est aujourd’hui désemparé face à cette situation. L’espoir suscité par l’arrivée du président IBK au pouvoir, s’est très vite transformé en désespoir. Au-delà du marasme économique dans lequel le pays est plongé où la population peine à joindre les deux bouts, s’ajoute la hausse vertigineuse de prix des produits de première nécessité. Aujourd’hui, faire son marché équivaut  à résoudre une équation difficile. Une situation qui ne semble pas poser de problème aux différentes associations des consommateurs maliens ainsi qu’aux plus hautes autorités.

Qu’il s’agisse du riz, du mil, du sucre, d’huile, du lait…, tous ces produits ont connu une augmentation de leur prix d’achat. Le constat est le même dans tous les marchés, en particulier ceux des communes III et IV du district.

Au marché de Sébénicoro,  les vendeurs et les consommateurs n’entendent pas cacher leur colère face à la flambée des prix des denrées alimentaires. Alou Traoré, commerçant grossiste, se dit dépasser par cette situation. A cause de l’augmentation, il a du mal à écouler ses marchandises. « Le prix des céréales varient en fonction de leur qualité. Avant, je vendais le sac 100 kg de riz entre 35 000 ou 40000 contre  42 500 FCFA actuellement.», déclare-t-il. Selon lui, beaucoup de produits sont concernés. Le sac de lait, qui était à 18 500FCFA, est vendu maintenant à 22 500FCFA. Le bidon d’huile (20 l) est passé de 13 000 FCFA à 13 700 FCFA. Quant au sac de sucre de 50 kg, son prix est passé de  18 000FCFA à 20 000FCFA. «On est obligé par ce que les gens qui exportent les marchandises nous imposent leur prix », affirme-t-il.

Pour Aïchata Soumaré, une ménagère, si une solution n’est pas trouvée au plus vite, les 3 repas par jour pourront devenir un luxe pour les ménages. Car selon elle, même les légumes qui sont cultivés chez nous ne sont pas inaccessibles à cause de la hausse de leur prix d’achat. « Les  prix des légumes sur le marché connaissent une inflation  remarquable. Il y a quelques semaines, les tomates fraiches étaient rares. Aujourd’hui, elles y apparaissent avec des prix hors de portée. 4 petites tomates à 200F le tas, 5 tomates moyennes à 500 F sans compter qu’il y a deux semaines le même tas était vendu à 1000F. Impossible de s’offrir d’autres légumes, le  prix des choux varie entre 250F ,500F… Alors que juste avant le mois de carême, ces légumes sont cédés en quantité entre 50 et 100 FCFA».

Au marché de Lafiabougou plusieurs vendeurs et acheteurs ne manquent pas de montrer leurs frustrations par rapport à cette situation. Les prix des céréales ont tous pris l’ascenseur. Le sac de 100 kg de mil est vendu à 30 250 FCFA, le maïs à 17 500 FCFA, le haricot à 36 500 FCFA et l’arachide à 53500 FCFA.

Que dire du poisson frais, de plus en plus absent du panier de la ménagère, à cause son prix élevé (3500 FCFA le kg) contre 2500, il y a seulement quelques mois. C’est pareil pour la viande.

Mais, selon certains revendeurs, cette augmentation des prix des légumes est en partie due à la mauvaise récolte occasionnée, elle aussi, par le déficit pluviométrique. S’y ajoute le laxisme des pouvoirs publics qui ne font rien pour alléger la souffrance des populations.

S’agissant de la viande, le boucher Adama Sangaré explique que le prix de la  viande a flambé tout récemment passant de 2000 à 3 000 FCFA avant de revenir à 2500 FCFA. C’est simplement la semaine dernière que le prix plafond de la viande avec os a été fixé à 2200 FCFA, suite à un accord entre le gouvernement et le syndicat des bouchers.

Aussi, le secteur de la volaille n’est pas en marge de la hausse des prix. Malgré la propension de l’aviculture moderne, la viande de volailles est toujours au-dessus des capacités financières des Maliens à revenus modestes. Ainsi, le poulet, qui était récemment vendu à 2000 FCFA ou 2500 FCFA, est cédé entre 3 500 et 4 000 FCFA. De 3 000 FCFA l’unité, le prix de la pintade grimpé jusqu’à 6 000FCFA.

Selon Badiougou Diarra, vendeur de volaille au marché de lafiabougou, cette hausse conséquente s’explique par les difficultés rencontrées auprès des fournisseurs. «  Les volailles se font rares sur le marché, c’est très difficile de s’en procurer. Nos fournisseurs cèdent les volailles à un prix élevé. Cela nous oblige à le répercuter sur les prix », explique-t-il.

Face à cette hausse généralisée des prix des denrées, le gouvernement est apparemment impuissant. Il n’arrive même pas à éviter l’inflation des prix de certains produits dont l’augmentation ne justifie pas. Le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Keïta, donne un aperçu du rôle de l’Etat dans la fixation des prix. « Ni notre structure, ni la commission nationale des prix n’ont vocation de fixer les prix des marchandises. Le marché est libre, nous sommes dans une économie libérale. C’est la loi de l’offre et de la demande. L’état ne peut intervenir que dans le cadre des filières qui reçoivent une subvention, en vérifiant que la subvention n’est pas détournée en défaveur du consommateur… », avant d’ajouter que  les difficultés actuelles sur le marché de la viande s’expliquent par le manque d’offre sur le marché. La demande de Bamako par jour  est estimée à 1000 têtes, alors que le stock disponible varie entre 600 et 800 têtes, ce qui rend la situation très tendue.

Face à cette situation, les populations ne savent plus à quel saint se vouer. Pendant ce temps, les associations de consommateurs, les syndicats et les partis politiques s’emmurent dans un silence de mort. Jusqu’où le calvaire des ménages, et des Maliens ?

Mémé Sanogo

Mohamed Sylla

source : L Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.