Sauvegardes des manuscrits anciens du Mali : UN CADRE INEDIT AVEC « PAROLES DE SAGESSE »

Les écrits anciens des bibliothèques publiques et privées ont connu au cours des trois dernières années de grands dommages : pillage, destruction, trafics, dégradations. Les conservateurs maliens souhaitent en assurer la protection, la restauration, le retour auprès des populations concernées. La communauté internationale, le gouvernement malien, les fondations, les universités et instituts de recherche, les grandes bibliothèques nationales et privées, les bailleurs bilatéraux, les ONG maliennes se sont engagés pour la protection de cet héritage multiséculaire.

Manuscrits patrimoine culturel unesco tombouctouAlors que le pays est engagé dans un processus de paix et de réconciliation, aujourd’hui s’ouvre au Musée national, une manifestation baptisée « Les manuscrits anciens du Mali – Paroles de sagesse ». Cet événement a pour objectif principal la vulgarisation de ces manuscrits anciens auprès de la population malienne afin qu’elle s’approprie ces « trésors » encore trop méconnus.
Il mettra également en lumière leurs « paroles de sagesse » par une programmation riche et diversifiée (expositions, conférences, débats, ateliers projections) se déroulant du 1er au 17 octobre à Bamako et en région (Djenné, Gao, Tombouctou, Ségou).
L’initiative contribuera à la réappropriation d’une mémoire historique et humaniste commune entre cultures arabe, nord-africaine et ouest-africaine. « Paroles de sagesse » engagera enfin une réflexion sur les enseignements contemporains de ces écrits, maintenant dans la conscience collective, l’importance de cet héritage, sa valeur humaniste, ses leçons du vivre ensemble.
À long terme, le projet favorisera l’émergence d’une mobilisation nationale et internationale pour la sauvegarde de ce patrimoine national culturel à dimension universelle et pour une coordination renforcée des opérations de sauvegarde entre gouvernement malien et acteurs de la société civile.
Les lieux concernés sont l’Assemblée nationale, la Bibliothèque nationale, le Cercle culturel germano-malien, le cinéma Mérouba, l’Ecole normale supérieure, la Faculté des lettres et des sciences du langage, l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB), l’Institut français du Mali, le Musée de Djenné, le Musée du Sahel et le Musée national du Mali.
L’événement se déroule sous le parrainage des ministères de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique et de la Réconciliation nationale.
Le projet est porté par l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne au Mali et l’Institut français du Mali et a été sélectionné au Fonds culturel franco-allemand 2015. Il bénéficie du soutien de plusieurs partenaires dont l’UNESCO, le Bureau de la coopération suisse au Mali, la MINUSMA, la coopération luxembourgeoise, Lux Dev.
Ce grand événement culturel s’ouvre au lendemain de la première comparution de Ahmad Al Faqi Al Mahdi, hier devant le juge unique de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale. Ce cadre de l’organisation djihadiste Ansar Eddine figure parmi les auteurs de la destruction des mausolées de Tombouctou (voir article sur cette même page).

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *