Nommée le 27 septembre ministre de la Culture: Mme Kadiatou Konaré a effectué une visite de prise de contact au Conservatoire Balla Fasséké Kouyaté

Connu comme un établissement d’enseignement supérieur qui assure la formation artistique et professionnelle, le Conservatoire des Arts et Muliti Média Balla Fasséké Kouyaté a accueilli, le vendredi dernier, la ministre de la Culture pour une série de  visites de terrain. Une occasion pour elle de prendre contact avec les élèves et les responsables de cet établissement.

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre de renforcement des contacts entre elle et le monde de la culture. Accueillie pour la circonstance par le directeur de ladite structure, elle était accompagnée par des membres de son département et l’ambassadrice de Cuba au Mali, Liliana Garcia Socarras.

Pour sa contribution à la promotion de la culture malienne, la nouvelle ministre a affirmé sa volonté et sa participation dans la mise en place et la formation d’acteurs œuvrant pour la valorisation  et l’amélioration de la culture de l’artisanat. Pour elle, cette visite est une mission et un signe d’encouragement à l’endroit de cette vénérable institution secouée par des disfonctionnements et un déficit en matière de  formation.

Elle est aussi  » le témoignage de son profond engagement pour la formation des ressources humaines du secteur de la culture « . La ministre a pris l’engagement que son  » département ne ménagera aucun effort pour que le Conservatoire Balla Fasséké soit le centre de la création artistique, culturelle  contemporaine et professionnelle « .

Elle a particulièrement remercié Cuba pour son soutien.  » Nous formulons le vœu que cette coopération interrompue depuis le début de la crise sécuritaire qui secoue notre pays puisse reprendre afin de préserver l’excellence, gage de sauvegarde de l’exception culturelle malienne  » a-t-elle plaidé.

Dr. Bouraïma Fofana, Directeur de l’Etablissement, n’a pas manqué de féliciter Mme Dramé Kadiatou pour sa nomination. Pour lui, celle-là est  » une reconnaissance et une concrétisation de son parcours remarquable en faveur du livre et d’autres défis culturels « .

Sa structure, qui compte cinq blocs, est confronté à un déficit en ressources humaines qualifiées ; la faiblesse des ressources financières allouées ; l’insuffisance, voire le manque de matériel adéquat pour assurer une bonne formation des étudiants dans le cadre de leur spécialisation ; la vétusté des moyens de transport, entre autres.

Cette école, créée en octobre 2004, abrite en son plus de 600 étudiants repartis en six sections d’arts. A savoir l’Art dramatique encore appelé le Théâtre, la Musique, l’Art plastique, le Multimédia, le Design et la Danse.

Awa DOUMBIA Stagiaire

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *