Culture : LE CONTE VIENT EN SOUTIEN A LA PAIX ET A LA COHESION NATIONALE

Le conte est un instrument de transmission du savoir local, de la sagesse et des leçons de morale

ndiaye ramatoulaye diallo ministre cultureLa restitution d’un atelier de formation des jeunes conteurs, organisé par le ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme, par l’entremise de la direction nationale de l’action de culturelle (DNAC), a eu lieu vendredi dernier au Groupe scolaire Mamadou Konaté. L’événement était placé sous la présidence de Bourema Fofana, conseiller technique au département de la culture. C’était en présence de Mme Haidara Aminata Sy, directrice nationale de l’Action culturelle, de Yaya Sangaré, directeur du Centre d’animation pédagogique (DCAP) de Ouolofobougou Bolibana, de plusieurs cadres du département des enseignants et de nombreux élèves.

Cette mobilisation dénote de l’intérêt que le département en charge de la culture accorde à cette discipline littéraire qui demeure un support de l’éducation.
L’exercice a permis aux enfants d’acquérir des nouvelles connaissances mais aussi de maîtriser l’art de la parole et d’accéder à des savoirs ésotériques. « Le conte est un instrument de transmission du savoir local, de la sagesse et des leçons de morale », a souligné Yaya Sangaré. Il a attiré l’attention des organisateurs sur l’essor des nouveaux médias qui sont aujourd’hui en train d’éclipser les soirées de contes au clair de lune durant les veillées ou autour du feu pendant la période froide.
La session a été consacrée à la restitution d’un atelier de formation de 10 jeunes artistes sur les techniques de conte. La formation, assurée par Salif Berthé, un conteur malien de dimension internationale, s’inscrivait dans le cadre de la consolidation de la paix et de la cohésion nationale. Ce qui explique le thème de cette deuxième 2ème édition intitulée «  Spectacles des contes de la paix ».
Le projet de conte de la paix est une contribution du département à la restauration de la paix et de la cohésion nationale. Le conte retrouve son rôle primaire d’éducation et de sensibilisation sur des fléaux et des maux qui frappent notre société. « A travers le conte nous allons soutenir le processus de paix qui est engagé dans notre pays depuis la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale », a expliqué Yaya Sangaré.
La culture est perçue ici comme un outil, capable de mettre fin aux conflits. C’est pourquoi, disait un chanteur, la musique est plus forte que les armes. Elle permet de faire baisser ces armes pour bien écouter. Le conte est un instrument de morale que Yaya Sangaré a invité les élèves à utiliser comme une facette ludique et fonctionnelle de la parole permettant d’égayer les veillées. Il a rappelé à ce propos une pensée de l’écrivain malien Amadou Hampaté Bâ : « le conte est le message d’hier, destiné à demain  à travers aujourd’hui ».
Mme Haidara Aminata Sy a jugé l’objectif atteint car l’engouement est au rendez et la relève assurée. Elle a évoqué un festival destiné à redonner au conte son rôle primordial dans notre société : « nous sommes en train de voir comment pérenniser cette action et relancer le festival sur le conte avec Salif Berthé qui a assuré la formation des 10 jeunes conteurs».
Le formateur a, lui, salué l’engagement du département pour la réussite de la session. « Nous allons mettre l’accent sur la formation pour stimuler le marché du travail en vue de réduire le chômage des jeunes », a souligné Salif Berthé.
«  J’ai trouvé mon chemin », assure Fatoumata Traoré. Cette diplômée de la Flash a été ravie de bénéficier d’une formation qui pourrait lui ouvrir les portes de l’emploi.
L’animation était assurée par Tonton Idriss qui a émerveillé de enfants très heureux de partager ce spectacle avec les jeunes conteurs. « J’ai compris les leçons de morale », indique Aminata Mariko, une élève de 9è année.
Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes du Radisson Blu.
A. SOW

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *