Culture : Ali Farka célébré par une exposition

Les locaux de « Médina » de  Médina-Coura en face de l’ECICA, abrite depuis maintenant 5 jours le vernissage d’une exposition de l’enfant terrible  de Niafunké. Durant un mois la porte sera ouverte aux publics visiteurs. La dite exposition  est   intitulée « Le maire Grammy », une façon pour  la fondation qui porte son nom et son  partenariat « Balani’s » de rendre hommage à l’homme mais également une manière d’attirer l’attention  des plus  hautes autorités  du Mali sur la construction d’un musée pour la musique.

Ali Farka Toure guitariste chanteur musicien artiste

 
A l’entrée de l’exposition nous avons constaté que l’endroit est reparti en trois coins de gauche à droite et à l’étage. La première  est dénommée « ALI intimité » où est affichée une dizaine de photographies en noir et blanc et en couleurs de divers formats de l’artiste et sa famille (ses parents Boureima et Fatoumata). Ses photos sur scène et à l’étranger avec ses amis, sont  accrochées aux murs. Au milieu les  (pièces d’identité, passeports, permis de conduire, sa pipe, les peignes, les luettes, porte-monnaie, ses couteaux  et sa guitare. La deuxième salle est appelée « star internationale ».

 

 

Là, on remarque les trois grands boubous de la  virtuose de la kora et de ses chaussures traditionnelles de  couleur, model différent, son poste radio et disques,  ensuite deux postes de télévision installés. Il y’a aussi ses trois grandes distinctions honorifiques (Grammy Awards) où il  a été le premier africain et le premier Malien  à brandir  ce  trophée. Dans la troisième partie contient : ses anciennes  motos bécanes, moto « Séténi « et ses fauteuils. Selon le commissaire de l’exposition, Lassana Igo Diarra, c’est une belle manière de rendre hommage à Ali Farka Touré : « Pour la première fois, on n’a pu réunir ensemble trois Grammy ».

 

Quant à  l’ambiance, il dira qu’elle est très bonne car le site peu recevoir  10 à 15 visiteurs par jour. Le commissaire a fait savoir que l’exposition  retrace la vie et le brillant parcours d’Ali Farka Touré à travers ses propres objets personnels. Emerveillé par ce pan de la vie de l’artiste, Lassana Traoré, rencontré sur les lieux, raconte : « on a l’impression de partager encore un beau moment avec Ali ».
Boubacar Sidiki TRAORE                    

SOURCE: Le Républicain
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *