Adoption du projet de loi sur les droits d’auteur : LES ARTISTES RESTENT MOBILISES

 

Federation artistes Mali fedama uaaprem conference reunionL’adoption du projet de loi sur le régime de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur et droits voisins des droits d’auteur par le Conseil des ministres du 9 mars dernier, constitue en ce moment le principal sujet d’actualité dans le milieu des artistes. Ceux-ci applaudissent bien évidemment des deux mains le texte.

La Fédération des artistes du Mali (FEDAMA) et Toumani Diabaté ont ainsi animé vendredi dernier une conférence de presse au Centre international de conférences de Bamako (CICB).

La rencontre avec les médias s’est déroulée en présence de nombreux artistes, organisateurs de festival, opérateurs culturels, représentants d’associations de griots et syndicalistes. Cette conférence de presse était destinée à remercier les autorités nationales pour la diligence accordée à l’adoption de ce projet de loi sur les droits d’auteur et droits voisins des droits d’auteur, dont la promesse avait été faite en février 2015 par le Premier ministre pour remplacer le décret annulé par la Section administrative de la Cour suprême.

Il y a une semaine, l’Union des associations d’artistes, de producteurs et d’éditeurs (UAAPREM) effectuait la même démarche que la FEDAMA.

Les artistes, auteurs, producteurs, éditeurs et tous les créateurs de contenu sont intéressés par ce projet de loi. Ils sont donc décidés à rester mobilisés jusqu’à l’adoption définitive de la loi et la signature de son décret d’application.

Selon le célébrissime joueur de kora, Toumani Diabaté, la bataille pour le droit d’auteur a débuté depuis la IIè République. Il a assuré se rappeler que feu son père Sidiki Diabaté, auteur de nombreux solo de kora et principal instrumentiste de l’Ensemble instrumental national, en parlait régulièrement. Une solution satisfaisante n’avait jamais pu être dégagée. Le projet de loi qui vient d’être adopté par le gouvernement devrait être l’occasion de réparer une injustice à l’égard des artistes.

Cheick Tidiane Seck assure avoir reçu les échos de l’adoption de ce projet de loi sur les droits d’auteur depuis l’extérieur.  Le texte constitue, selon lui, une révolution dans la prise en compte des intérêts des artistes maliens. Pour lui, si beaucoup d’artistes sont décédés sans voir ce jour, leurs héritiers pourront bénéficier des retombées de la loi.

Quant au secrétaire général de la FEDAMA, Kary Bogoba Coulibaly, il  a souligné que depuis l’annulation du décret en février 2015,  la Fédération n’a pas arrêté de travailler avec le ministère en charge de la Culture et le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) afin de trouver un terrain d’entente sur les points d’achoppement. « Nous avons trouvé une oreille attentive auprès du nouveau président du patronat en la personne de Mamadou Sinsi Coulibaly », a confié Kary B. Coulibaly.

Quant à la stratégie de lobbying pour le vote en l’état et dans les meilleurs délais du projet de loi, Salif Traoré, le président de l’Union nationale des cinéastes du Mali (UNCM), a jugé que le premier partenaire des artistes en la matière était le CNPM. Les patrons se sont engagés à travailler dans ce sens afin que le projet de loi auquel ils ont contribué puisse être adopté et appliqué. C’est suite à un accord entre les différentes parties que le gouvernement a examiné et adopté le projet de texte.

Amadou Moustapha Diop, le directeur général de l’agence de communication DFA  (Diop et Fall associés), représentant le CNPM à cette conférence de presse, a lui, averti que le travail ne fait que commencer. Car après le vote et la signature du décret d’application, il faut que les artistes restent mobilisés pour son application. A son avis, cette parte du travail risque d’être plus compliquée car l’Etat ne peut, par exemple, mettre derrière chaque commerçant un agent pour savoir comment il utilise les œuvres artistiques et littéraires.

Y. DOUMBIA

Source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *