1ère édition du Salon d’art contemporain du Mali : UN TREMPLIN POUR LES JEUNES CREATEURS

« Ségou’ Art » 2016 aura lieu du 23 au 25 septembre 2016 à la Fondation Festival sur le Niger de Ségou et à différents endroits de la ville de Ségou pour le off. Ce salon d’art contemporain du Mali, réunira les galeristes, les collectionneurs, les amateurs d’art et les critiques d’art autour des oeuvres des jeunes talents émergents de l’Afrique de l’Ouest et d’ailleurs.

mamou daffe festival niger danse
Cette première édition du salon d’art contemporain veut offrir plus de visibilité à la création contemporaine des artistes de la nouvelle génération du Mali et d’ailleurs. C’est aussi une opportunité pour les amateurs d’art de se sentir concernés par la production artistique locale. Il se veut également un espace qui va élargir le marché à la production artistique des jeunes talents du Mali et d’ailleurs.
C’est suite à un appel à candidatures que les centres d’art, des galeries d’Afrique de l’Ouest et d’ailleurs, ont proposé un ou deux jeunes talents de leurs pays respectifs ; le choix final a été validé par le comité de sélection du salon. Quant aux galeristes, artistes confirmés, et  collectionneurs une invitation leur a été adressée. A l’issue d’un concours, seront primés les 3 meilleurs jeunes artistes du salon. Le lauréat recevra également une bourse du salon pour se faire exposer dans les centres d’art partenaires de la Fondation Festival sur le Niger en Afrique et ailleurs.
Ségou’ Art 2016 tournera autour d’un certain nombre d’activités. Une exposition internationale des oeuvres des jeunes talents émergents sera l’attraction. Une autre exposition individuelle d’artistes confirmés sera consacrée aux nationaux. Un séminaire aura lieu sur le thème : «Promotion de l’art contemporain africain».
La rencontre est organisée à l’intention des jeunes talents, des galeristes, des collectionneurs et amateurs d’art du Mali et d’ailleurs, les différents publics maliens, les institutions comme les ministères, ambassades, musées, écoles, et les organismes de coopération et les ONG.
Depuis longtemps, les créateurs maliens dépendent du marché extérieur. Leurs oeuvres trouvent rarement des acquéreurs au pays. Aussi, la situation de crise que vit notre pays hypothèque toutes les opportunités qu’offre le système marchand traditionnel. Par ailleurs, l’évaluation de notre premier programme Kôrè-Qualité et l’identification des identités culturelles de la ville par le projet Ségou Ville Créative ont montré clairement le besoin de la création d’un salon d’art africain non seulement pour compléter la chaîne de valeurs au Mali, mais aussi pour répondre à la nécessité de stimuler la consommation locale des oeuvres artistiques des jeunes par les nationaux, qui est devenue une chose cruciale pour l’avenir de l’art dans nos Etats.
Y. DOUMBIA

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *