Crise scolaire : Le spectre d’une année blanche plane

Le système éducatif est paralysé à tous les niveaux depuis un moment. En raison des grèves répétitives, l’année scolaire risque d’être «blanche», si rien n’est fait de la part de nos plus hautes autorités du pays. Le collectif des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 a déposé un préavis de grève sur la table du gouvernement.

 

Cette année, l’école malienne est secouée par des grèves répétitives. Après plusieurs négociations infructueuses entre le groupement signataire et le gouvernement. Le collectif des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 a déposé un nouveau préavis de grève sur la table du gouvernement.

Les différents points de désaccord sont au nombre de  trois (3) entre la partie syndicale et celle du gouvernement. Le collectif des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 a suspendu toute négociation avec la partie gouvernementale suite au blocage des salaires des enseignants. Le regroupement syndical se dit déterminé à aller jusqu’au bout afin de satisfaire ses doléances. À leurs dires, les négociations seraient possibles dès que les salaires seront débloqués.

Le bout du tunnel est encore loin. Nous avançons de plus en plus vers une année «blanche». Il est grand temps que le président de la République s’implique pour une sortie de cette spirale de grèves. Si rien n’est fait de la part de nos autorités, plus précisément du chef de l’Etat, une année «blanche» est fort probable.

Rappelons que la grève commence à partir du 15 avril et prendre fin le 17 mai 2019 soit environ 23 jours.

Daouda S. Dao

Le Débat

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *