Cour d’assises de Bamako : Issoufi Issiaka Maiga condamné à un emprisonnement à perpétuité plus 10 millions d’amendes

Dans son audience du mardi 23 avril courant, la cour d’assises de Bamako s’est prononcée sur le sort de l’inculpé Issoufi Issiaka Maiga, né vers 1985 à Gao. Il était commerçant domicilié audit endroit, marié et père de trois enfants. Issoufi était inculpé pour « l’association de malfaiteurs, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État et actes de terrorisme ». À travers son arrêt de contumace, la cour a décidé de lui réserver une réclusion à perpétuité et une amende de 10 millions F CFA.

 

Courant 2012, suite à l’occupation de la ville de Gao par des groupes terroristes, ce nommé Issoufi Issiaka Maiga a donc décidé d’abandonner son activité de vente de poulets pour adhérer au MUJAO. Cette adhésion a été effectuée au niveau du commissariat de la ville. Comme décrit par l’arrêt de renvoi, durant toute la période de cette occupation, Issoufi jouait le rôle d’interprète pour les bandits terroristes et du portier à l’aide d’un fusil kalachnikov qu’il tenait surtout au moment de la reconquête pour assurer la tâche qui lui avait été assignée par ses complices. Il suivait ses compagnons d’armes lors des fuites. Comme précisé dans l’arrêt, le fait que cet inculpé ait accepté volontier de rejoindre ce groupe MUJAO au lieu de se confier aux autorités du pays, sachant pertinemment qu’il n’avait d’autres desseins que d’attenter à la vie d’autrui, porter atteinte aux biens des paisibles citoyens ainsi qu’à l’intégrité territoriale du Mali, a fait qu’Issoufi a été retenu coupable de la nature des infractions ci-dessus mentionnées et punies par le Code pénal malien. Ce, d’autant plus que lui-même a reconnu les faits. Appelé à la barre, le justiciable était absent. C’est ainsi que par leur arrêt de contumace, les membres de la cour ont décidé de condamner M. Issoufi Issiaka Maiga à une réclusion à perpétuité et une amende de 10 millions de F CFA.

Mamadou Diarra

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *