Coopération Mali-Unicef

Lancement d’un programme quinquennal évalué à 180 milliards fcfa

Cheickna Seydi Ahamadi Diawara ministre plan prospective biographie cv
Le ministre de la coopération internationales et de l’intégration africaine, M. Cheickna Seydi Ahamadi Diawara a procédé ce jeudi matin à l’Hôtel Azalaï Salam de Bamako, au lancement officiel du programme de coopération entre le Mali et Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) pour la période 2015-2019 couplé aux travaux de la Revue annuelle conjointe 2015 du Comité de pilotage et à l’élaboration du plan de travail 2016-2017.
Outre les responsables du Bureau de l’Unicef au Mali, la rencontre organisée à cette occasion regroupe les représentants des partenaires techniques et financiers, de la société civile, du parlement des enfants et les membres du comité de pilotage du programme de coopération Mali-Unicef.
Ce nouveau programme quinquennal d’un coût de 180 milliards de fcfa environs intervient après une période intérimaire occasionnée par les douloureux évènements de 2012 et qui a vu la représentation de l’agence onusienne à Bamako se consacrer à des interventions d’urgence dans les domaines de la protection de l’enfance, de la santé, l’eau-assainissement-hygiène, la communication pour le développement, la communication externe, la coordination des urgences et stratégies pour le Nord, l’éducation, la politique d’inclusion sociale, etc.
Dans son intervention M. Fran Equiza, Représentant de l’Unicef au Mali a souligné que le processus d’élaboration du nouveau programme a eu le mérite de l’inclusion de l’ensemble des acteurs impliqués dans les activités de l’agence dans notre pays. Il s’agit d’une contribution aux priorités nationales dans le cadre du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) et du Plan-cadre des Nations unies pour l’assistance au développement.
Il s’articule autour de huit composantes essentielles dont : la santé, la nutrition, l’éducation de base, l’équité, l’eau-hygiène-assainissement, la protection de l’enfant et la politique d’inclusion sociale. Les composantes sectorielles visent la réduction des goulots qui limitent les communautés rurales les plus désavantagées en articulation avec les politiques et programmes nationaux de développement. Quant à la composante intersectorielle qui comprend outre la planification, le suivi-évaluation et la communication pour le développement entre autres, elle visera à maximiser l’impact des interventions en faveur des enfants et des femmes en renforçant la synergie et les liens entre les différentes composantes sectorielles.
Dans les cinq prochaines années, le paquet d’interventions intègre l’appui à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale ainsi que l’accès aux services sociaux de base en parfaite cohérence avec les dix objectifs du cadre de croissance et du développement durable. La coordination de la mise en œuvre du programme sera assurée par le Ministère de la coopération internationale et de l’intégration africaine. Quant à la mise en œuvre des programmes sectoriels, elle impliquera plusieurs départements ministériels.
Le Ministre Diawara a au nom du Gouvernement du Mali remercié l’ensemble des partenaires au développement et particulièrement l’Unicef pour son accompagnement et ses efforts en faveur des enfants et des couches les plus vulnérables dans le cadre de l’accès adéquat aux services sociaux de base. Il a cependant rappelé l’ampleur des défis à relever notamment dans le secteur de l’éducation avec quelques 1,2 million d’enfants non scolarisés et seulement 59% de taux net d’achèvement du cycle primaire (estimations du Bureau régional Afrique de l’ouest et du centre de l’Unicef).
Au delà du lancement de ce programme, la revue annuelle et le plan de travail roulant font partie du dispositif de gestion de ladite coopération. Ils offrent l’opportunité au gouvernement et à l’Unicef, ainsi qu’aux autres parties prenantes de faire le bilan annuel de la mise en œuvre du programme, de tirer les enseignements et d’adopter les actions appropriées pour les années à venir. Parmi ces enseignements, figure l’amélioration de la synergie en termes de coordination d’actions entre les acteurs intervenant dans la réponse aux crises humanitaires dans la partie septentrionale.
Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) est une agence de l’Organisation des Nations unies consacrée à l’amélioration et à la promotion de la condition des enfants créée en 1946. Elle a activement participé à la rédaction, la conception et la promotion de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), adoptée lors du sommet de New York le 20 novembre 1989. L’Unicef qui a reçu le prix Nobel de la paix le 12 janvier 1965 intervient dans notre pays depuis 1960.

Bamako, le 14 janvier 2016

Ministère de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine

Cellule de Communication

 

La rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *