Contrôle : des centaines d’infractions verbalisées

Pour renforcer la sécurité routière, l’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser) sur instruction de son ministère de tutelle a procédé ce samedi à une vaste opération de contrôle inopiné sur l’état physique des véhicules. Bilan : 106 véhicules ont été interpellés via leurs chauffeurs en quelques heures.

 

Sur instruction du ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, une forte équipe de l’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser) a mené ce samedi une opération d’envergure de contrôle de l’état physique de véhicules. L’opération en question a été rendue facile grâce à l’implication de la gendarmerie nationale et de la police aux côtés des agents de l’Anaser.

Sous la clairvoyance du directeur général de l’Anaser, les équipes de contrôle étaient déployées sur les grands axes notamment sur toutes les routes nationales à partir de la capitale : Bamako-Ségou, Bamako-Kolokani, Bamako-Koulikoro, Bamako-Bancoumana et Bamako-Siby.

Dans cette opération inopinée, l’accent a été mis sur l’état des pneumatiques, les essuie-glaces, l’excès de vitesse, etc., qui constituent, en plus d’autres facteurs, un grand danger en cette période de pluviométrie.

Le directeur général de l’Anaser, Mamadou Konaté, pour s’assurer du bon déroulement de l’opération, s’est rendu à tous les postes sur les axes cités. Visiblement satisfait, il déclare que l’opération permettra de renforcer la sécurité routière en cette période hivernale où les accidents deviennent fréquents. Le dernier en date dont les stigmates sont encore visibles dans la forêt classée de la Faya sur la RN6, a causé la mort de 26 personnes et des blessés.

Le bilan de l’opération

A la mi-journée déjà, 106 véhicules avaient été épinglés par l’opération dont les infractions se répartissent comme suit : usure pneumatique : 37 cas ; non port de la ceinture de sécurité : 31 cas ; surnombre de passagers : 18 cas ; vitesse excessive : 11 cas ; visite technique expirée : 9 cas.

 

Quelques interpellés

Salif Traoré, chauffeur d’un véhicule de transport sur l’axe Bamako-Koulikoro : “Les agents m’ont interpellé pour usure de pneus. Et pourtant, on avait changé les mêmes pneus mais vu l’état de l’axe que nous pratiquons après la ville de Koulikoro, nos pneus peine à résister. Nous allons changer nos pneus avant de continuer le trajet”.

Un de ses passagers, stressé par la situation : “Il faut nous laisser partir, nous sommes fatigués”. Comme pour dire que certains passagers contribuent à l’insécurité routière.

Un autre passager rencontré sur l’axe Bamako-Sikasso, Mamadou Coulibaly : “Cette opération est opportune, il y va de notre sécurité. Il le faut, la route tue beaucoup ces temps -ci”.

Un octogénaire, en partance pour Ségou, K. Traoré, s’est vu verbaliser pour non port de ceinture de sécurité, il s’est insurgé : “Le non port de la ceinture de sécurité à 5000 F CFA, je n’ai jamais vu ça, on a ça dans quel texte”. Ces propos démontrent combien les textes sont méconnus par les citoyens ainsi que le code de la route.

Un gendarme sur l’axe Bamako-Ségou, S. Soumountera : “Je crois que le problème est ailleurs, spécifiquement au niveau des auto-écoles. Il faut revoir les enseignements”.

Aux termes de la journée, le directeur de l’Anaser, Mamadou Konaté, a félicité les agents pour la réussite de l’opération et lancé un appel aux usagers à se constituer en police et gendarme pour leur propre sécurité. “Si vous constatez des irrégularités perpétrées par un chauffeur et ou par un convoyeur, dénoncez au premier poste, il y va de votre propre sécurité”, conseillera-t-il.

Lire la suite sur L’Indicateur Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *