Constitution et Charte de la transition : UNE POLYGAMIE À LA MALIENNE | Une petite histoire pour comprendre l’architecture juridique et institutionnelle du Mali actuel

La Constitution, c’est comme la première épouse, mariée quand l’époux était jeune et traversait une période difficile! C’est le premier amour et elle a le mérite d’avoir supporté beaucoup durant 28 ans de mariage… elle a donné quatre enfants de cette union…Seulement, elle se fait vieille et porte les séquelles du temps! L’époux veut s’en débarrasser mais c’est pas socialement correct, les voisins( Communauté internationale) interviendront sûrement pour la médiation entre époux.

La Charte, c’est la seconde épouse, très jeune, très charmante et a la capacité d’assouvir tous les désirs les plus fous de l’époux, même ceux inacceptables! Elle est sotte et plus malléable que la première. Ces derniers temps l’époux passe plus de temps à son domicile au détriment de la vieille. La Charte est en passe même de déshériter cette dernière. Elle reçoit toute l’attention de l’époux qui ne jure que par son nom. Il veut même mettre toutes les propriétés communes à son nom.

La nouvelle épouse est tellement mystérieuse que personne ne la voit. Elle est toujours voilée de la tête aux pieds. On sait qu’elle est belle et le mari jaloux ne laissent personne s’en approcher

Fâchée, la vieille se plaint à la Gendarmerie( Cour Suprême) à défaut de la disponibilité de son amie la police ( Cour Constitutionnelle ). La Cour favorable à l’époux, et tenant compte de son attachement à la nouvelle mariée, éconduit la vieille sans pour autant la déchoir de sa qualité d’épouse. Cependant la cour reconnaît la prééminence de la dernière épouse sur la première! Y a t’il injustice?

M.ASSORY

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *