Conférence d’entente nationale : : Que le consensus l’emporte !!!

Tant attendue par les Maliens, conformément aux dispositions de l’Accord pour la Paix et la réconciliation nationale, issu des pourparlers d’Alger, la conférence d’entente nationale, va devoir se tenir en principe du 27mars au 02 avril 2017 à Bamako. Cette grande rencontre, qui se veut un cadre de dialogue inclusif, de toutes les sensibilités de la nation regroupera 300 participants. De quoi s’agit-il ?

ibrahim boubacar keita president ibk modibo keita premier ministre chef gouvernement baba akhib haidara mediateur republique

Loin des cris d’oiseaux de mauvais augures, ces assises constituent un cadre unique pour discuter des vrais problèmes du Mali et surtout ceux qui sont à la source de la fissure du tissu social, ayant provoqué la crise au nord. Renforcer la confiance pour un vivre-ensemble normal sur toute l’étendue du territoire national, tel est le principal objectif recherché.

Aussi, il ne serait point un tribunal pour juger les uns et les autres. La rencontre qui doit enregistrer la participation des groupes armés, est l’aboutissement d’un long processus de négociations. Cependant, évitons l’amalgame. Comme l’a déclaré, le président de la commission préparatoire, Pr Baba Hakib Haïdara, non moins Médiateur de la République, cet espace ne sera pas le lieu de contestation des autorités intérimaires ou de remettre en cause le pouvoir central.

Les débats se porteront sur les aspects allant dans le sens du renforcement de l’unité nationale, comme la gestion de l’appellation AZAWAD. Autres questions à débattre, la situation des deux chambres au sein de l’Assemblée Nationale, pour ne citer que ceux-ci.  La tenue de cette conférence répond à un besoin crucial de refondation de la paix et de la consolidation de la cohésion sociale.

L’arbre ne doit pas cacher la forêt. Toute imposition de principes à n’importe quel niveau, pourrait dans le futur  nous être fatale. Le consensus doit l’emporter. Cela nécessite  un dialogue franc, des échanges sincères et libres, qui puissent répondre aux aspirations profondes des populations. Le dialogue C’est cet état d’esprit qui doit guider les participants qui sont invités à assumer une lourde responsabilité pour une paix durable au Mali.

La Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *