Conditions de travail des policiers au GMS : La Synergie des Syndicats de la Police Nationale dénonce et interpelle les autorités de la transition

Considérée comme la cheville ouvrière de la police Nationale, un passage incontournable  en matière de formation dans le cadre du maintien d’ordre public les éléments du  Groupement Mobile de Sécurité (GMS) souffrent  et il est temps de changer les choses pour le bonheur de la corporation avant que les choses de dégénèrent.

Tel est le cri de cœur de l’adjudant de police Comba Traoré porte-parole de la  Synergie des Syndicats de la Police Nationale.

Devant les éléments du rang ce Jeudi 27 Javier 2021  au Groupement Mobile de Sécurité (GMS) sis à Tomikorobougou en commune III du district de Bamako, l’adjudant de police  Comba Traoré Secrétaire Administrative  du  bureau exécutif du Syndicat de la Police Nationale (SPN) tendance  CSTM  et porte-parole  de la Synergie  des Syndicats de la Police  au niveau du Groupement Mobile de Sécurité (GMS)  n’est pas aller avec le dos de la cuillère.

Habillée en tenue chevron noir, et considérée au sein de la police comme une syndicaliste battante et dévouée pour la cause de la corporation, l’adjudant de police  Comba Traoré porte-parole de la Synergie des Syndicat de la Police au niveau du Groupement Mobile de Sécurité  (GMS) s’est réjoui de la présence massive des éléments du (GMS ) à cette rencontre qui témoigne selon elle toute l’importance et la pertinence des revendications.

Entourée des autres membres de la Synergie des Syndicats de la Police  l’adjudant de police Coumba Traoré  a mis le couteau dans la plaie en dénonçant les conditions de  vie et de travail des policiers surtout pour ce qui concerne le cas du Groupement Mobile de Sécurité (GMS).

Les magouilles, les intimidations, les coups bas, l’état délabrée de la  cour du (GMS) rien n’a été laissé0 au hasard  par  le porte-parole de la Synergie des Syndicats de la Police Nationale comité  (GMS).

Aux nombres des pratiques malsaines  qui ruinent  et qui démotivent les éléments du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) on peut entre autres citer :

  • Le labo comme qui est une pratique consiste à couper les frais de mission  des éléments sur  terrain au lieu de 5000 FCFA les éléments perçoivent 2000 FCFA ;
  • Depuis Mars 2020 jusqu’à aujourd’hui  les perdiems du Casino n’ont pas été payés aux éléments du GMS et aucune réponse de la part de la hiérarchie ;
  • L’opacité totale règne autour du contrat qui lie la police à la SOTELMA et au PMU Mali ;
  •  Rendre public les cas d’ordre de certaines missions effectuées par les éléments du GMS pour éviter tout problème et surtout les missions dites « Boucher » ;
  •  Dénoncer les missions « Boucher » sans cas d’ordre ;
  •  Améliorer les primes  des policiers ;
  •  Eviter les cas des éléments fictifs ;

Profitant de cette tribune, l’adjudant de police, Comba Traoré a dénoncé l’état délabré de la cour du Groupement Mobile de Sécurité (GMS) qui selon elle n’offre pas les vraies conditions de vie et de travail aux policiers ;

Elle a appelé les policiers à rester derrière la Synergie des Syndicats de la Police pour les futures actions à venir pour le bonheur de la corporation.

Mohamed Kanouté

SourceMali24

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.