Concours « TECH FRIDAYS » : Un tremplin pour les cracks du numérique

La ministre de l’Économie numérique et de la Prospective, Mme Kamissa Camara, a procédé le 30 août dernier au lancement de la 1ère édition de la compétition dénommée « TECH FRIDAYS » au Centre international de conférence de Bamako. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence des ministres de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr Diakité Aïssata Kassa Traoré et de son collègue de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Housseyni Amion Guindo ainsi que plusieurs membres du jury du concours.


Il faut souligner que « TECH FRIDAYS » est une compétition qui se tient chaque dernier vendredi du mois. Elle a pour but de créer un cadre pour que les jeunes les plus brillants ou surdoués puissent exposer leurs innovations et gagner des primes ou prix d’une valeur de 1 à 5 millions de Fcfa. A ce titre, « TECH FRIDAYS » œuvre à la promotion du numérique dans notre pays.
Lors de la cérémonie de lancement, la ministre Mme Kamissa Camara a laissé entendre que « TECH FRIDAYS » est une compétition entre les jeunes qui évoluent dans le domaine de la création et de l’innovation dans le but d’assurer le développement de notre pays. Elle a ajouté que cette compétition est « un espace qui permet à son département de promouvoir la jeunesse et l’entrepreneuriat ». Il s’agit surtout, a-t-elle précisé, d’un lieu de rencontres et d’échanges pour encourager les incubateurs.

Aucun pays, analysera-t-elle, ne peut prétendre à quelque chose de grand, de solide, sans la pleine participation de sa jeunesse. « Plus la jeunesse est accompagnée, plus elle est formée, mieux elle est éduquée et mieux le pays s’en porterait », a soutenu Mme Kamissa, ajoutant que notre pays a la chance d’avoir une jeunesse intelligente, courageuse, audacieuse, travailleuse mais en besoin d’attention et d’accompagnement.
La ministre Mme Kamissa Camara a également souligné que le développement du numérique est le gage d’un lendemain meilleur marqué par la prospérité, le bien-être et le développement. « L’intelligence d’un pays se mesure par son aptitude à suivre le mouvement d’ensemble qu’impose la mondialisation, son aptitude à anticiper et à créer des fondations d’un avenir meilleur », a développé Mme Kamissa Camara, faisant remarquer que les pays qui ont très vite mis leurs intelligences au profit du numérique sont ceux qui ont pris deux ans d’avance sur les autres, sur le plan économique, social et culturel.
Kassoum Coulibaly, président du Centre d’entrepreneuriat féminin d’Afrique (CEFA), précisera que les incubateurs sont au nombre de 18 candidats dont les trois meilleurs seront vivement encouragés et primés. Ce projet est perçu comme une ouverture importante pour l’ensemble des jeunes qui auront l’opportunité de présenter leurs initiatives dans le domaine de l’éducation, de la santé, du transport, de l’alimentation, non seulement à Bamako, mais aussi dans toutes les régions du Mali, précisément dans les zones rurales. «Pour éviter le chômage, je lance un appel aux jeunes pour qu’ils se lancent, sans aucune peur, dans les secteurs du numérique et de l’entreprenariat », poursuivra-t-il.
L’heureux gagnant, Boubacar Diarra, a expliqué que son projet intitulé : « Soundjata » porte sur la création des jeux relatifs aux aventures de Soundjata Keïta. Souriant, il s’est dit très ému et fier de son produit qui permettra à la jeunesse malienne d’apprendre sa propre histoire. Crédité d’un taux de réussite de 80%, cet heureux gagnant est suivi de Fatoumata Bocoum (79%) et de Kolane Frederik (78%). Le premier a empoché une somme de cinq millions de Fcfa. Les 2è et 3è ont respectivement reçu trois millions et un million de nos francs.
F. C

Source: L’Essor-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *