COMPLAINTES AUTOUR DU PRIX DE L’OIGNON SUR LE MARCHE : Le kilogramme entre 800 et 1000 FCFA !

Dans le but de s’imprégner des difficultés liées à l’acquisition de l’oignon par les ménages, une de nos équipes a sillonné quelques marchés dans certains quartiers du district de Bamako, notamment le marché de Kalaban-Coro, de Kalaban coura, de Badalabougou, de Sébenicoro, de Wonogouna, ainsi que de certaines gares routières comme celles de Niono, de San, etc.

Rien ne peut prendre la place de l’oignon dans le panier familial des condiments, un produit d’ailleurs assez important pour la santé. Mais actuellement, les commerçants grossistes, les acheteurs-revendeurs et les consommateurs font face à une crise sans précédente liée à l’absence ou à la cherté de cette denrée alimentaire sur le marché.

« J’ai demandé à mon épouse de me faire de la salade, elle n’a pu y mettre que des tomates car l’oignon est très cher sur le marché », dit Alkeidou, chauffeur de camion à Wonogouna, donc simple consommateur. Quant aux commerçants détaillants qui prennent des sacs d’oignons pour les revendre par détail au kilogramme, ils disent être obligés d’augmenter à leur niveau le prix du kilogramme afin d’espérer sur un peu de bénéfices, puisque les grossistes leur livrent le produit à un prix déjà élevé. C’est d’ailleurs ce que nous a confié Fanta Traoré, commerçante détaillante d’oignon au marché de Sébénicoro.

Aux dires de celle-ci, jadis, le prix des sacs d’oignon chez les grossistes variait entre 12 000 FCFA et 12 500 FCFA, mais à l’heure actuelle, dit-elle, ils coûtent 16 500 FCFA. Suite à cette augmentation de part et d’autre, les ménagères constituent les véritables victimes et se voient priver obligatoirement de la préparation de certaines sauces très appréciées pourtant dans nos familles. Des sauces comme le « Yassa », essentiellement préparée à base d’oignon, ne sont plus à la portée des pauvres.

Selon Fatoumata, Madame Coulibaly Aichata Coulibaly et Mamou Traoré, toutes des ménagères, résidant respectivement à Badalabougou, Wonogouna et Kalaban-coro, le prix de l’oignon, dernièrement, était seulement de 400 ou 500 FCFA le kilogramme. Mais en ce moment, le kilogramme se vend entre 750, 800 voire 1000 FCFA selon les marchés. À leurs dires, cela constitue, pour elles, une raison suffisante de ne pouvoir plus parvenir à préparer des sauces à base d’oignon.

Les commerçants grossistes, quant à eux, attribuent la faute aux douaniers. À les en croire, c’est la cherté des frais de douane qui explique celle du sac d’oignon à leur niveau. En tout cas, c’est ce que nous a fait comprendre Mahamadou Dicko, grossiste à la gare de Niono. Celui-ci explique que le prix trop élevé de l’oignon est dû au dédouanement. Quant à savoir les raisons du manque d’oignon qui se constate sur nos marchés, le vendeur, Binan Dembélé, souligne que cela reste lié au retard qu’ont pris les bateaux pour arriver au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

Il reste à savoir également les raisons de ce retard. Mais en attendant, il convient de le réitérer, les complaintes deviennent persistantes au sein des foyers et les femmes croupissent sous le poids de la cherté de l’oignon.

Djeneba Touré, stagiaire

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *