Commune VI : Le maire Keïta à cœur ouvert avec les populations

Au risque de transpirer sous la pluie, les élus ont le devoir de rendre compte à leurs mandants de ce qu’ils posent comme actes en leurs noms et profits. C’est à cet exercice démocratique que se sont soumis encore une fois les responsables de la mairie de la commune de VI mardi dernier. En collaboration avec les six radios de la place qui en assurent la retransmission en intégralité.

Pour l’enregistrement de l’édition de ce mois, le maire Boubacar Keita était accompagné de ses conseillers, des employés de la mairie et des citoyens de la commune. La première partie de l’émission a été consacrée à la présentation de la commune par le maire qui a rappelé que la plus vaste commune du District compte 45 conseillers communaux, 5 adjoints et 1000 employés. Plus de 700. 000 habitants y vivent dans 10 quartiers. La commune VI est dotée de 11 CSCOM, un centre de santé de référence, 109 écoles, 95 lycées dont 4 lycées publics, 3 commissariats de police et 2 brigades.

Concernant les activités réalisées par l’état-civil, maillon essentiel de la mairie, le chargé d’Etat civil, Adama Doumbia, a souligné qu’au titre de l’année 2018, la mairie a enregistré 31 533 déclarations de naissances, dont les actes ont été délivrés, célébré 2 796 mariages, délivré 1137 certificats décès.

Sur le plan de l’éducation, la mairie  collabore avec les Centres d’Aptitude Professionnelle, selon le chargé d’éducation Abdallah, notamment pour l’organisation et le bon déroulement des examens. Pour faciliter l’accès à l’eau potable, la mairie a réalisé plus de 100 puisards dans la commune.

A Faladié, la  rue 382 est déjà réalisée et son inauguration est prévue dans les jours à venir. Un parking pour les gros-porteurs est incessamment attendu dans la zone aéroportuaire. « Vous savez, aujourd’hui notre commune est la plus exposée à l’insécurité par rapport aux gros-porteurs. Nous avions dit qu’il serait important de faire un parking pour les gros-porteurs dans la zone aéroportuaire, et de faire une large concertation interne au sujet de l’état de nos routes. Un bureau d’études avait été sollicité par nous, le budget prévisionnel s’élève à un milliard huit cent millions. Nous ne pouvons pas aujourd’hui avoir ce montant si les gens ne payent pas  leurs taxes. Nous lançons donc un appel à la population pour qu’elle paie ses taxes pour permettre non seulement de revoir l’état de nos routes, mais aussi pour relever les défis des autres chantiers pour le développement de notre commune », a ajouté le maire Boubacar Keita.

Bintou Diarra et Aminata Konéstagiaire

 

Source: lechallenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *