COMMUNE V : 48 heures chrono

Le 05 juillet 2019, les manifestants ont vandalisé le Centre secondaire d’État Civil de Badalabougou. Il ont brisé des vitres et emporté le compteur électrique. A la Perception, ils ont cassé un véhicule, brisé les vitres des portes et les caméras de surveillance. Plus d’une vingtaine de manifestants ont été interpellés.


Le lendemain vers 16h, des manifestants ont érigé des barricades à travers Badalabougou pour exiger la libération des personnes interpellées la veille. Les forces de l’ordre sont intervenues pour les disperser. Ils ont été accueillis par des jets de projectiles faisant deux blessés, tous du GMS.
Une centaine de manifestants pour la plupart des dames se sont regroupées devant la mosquée de Mahmoud Dicko décidées à marcher sur le 4ème Arrondissement de police pour la libération de leurs enfants. Les forces de l’ordre déployées leur ont empêché l’accès.
Des femmes du quartier ont alors sollicité alors l’imam Mahmoud Dicko, afin qu’il intervienne pour la libération de leurs enfants. L’imam s’est porté comme caution morale. Il a promis qu’il va œuvrer pour que de tels actes ne se reproduisent plus. Il a invité les femmes et les jeunes à cesser toutes manifestation et à rentrer chez eux. Suite à cette médiation les 25 interpellés lui ont été confiés.

Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *