Commune urbaine de Sikasso: les chantiers du PACU en arrêt

À son arrivée dans la cité verte du Kénédougou, le visiteur aura l’impression que c’est toute la ville qui est en chantier avec les travaux de butinage de plusieurs rues qui ont démarré dans plusieurs quartiers de la ville de Sikasso. Mais au bout de quelques heures, on se rend compte du calvaire des populations riveraines de ces travaux qui sont en arrête total, depuis le mois d’octobre 2016, avec leur corollaire de poussière au passage de chaque véhicule.

route goudronne troncon voie chantier travaux

C’est du moins le triste constat que nous avons fait à l’issue de notre séjour dans cette ville dans le cadre du festival international Triangle du balafon tenu du 9 au 11 février 2017.
Dans les rues de la ville de Sikasso, on n’hésite pas de mettre en cause la défaillance des entreprises en charge des travaux.
Aujourd’hui, c’est plusieurs familles qui sont exposées à des risques des maladies respiratoires à cause de ces vents de poussières qui balayent les environs du chantier. Si rien n’est fait d’ici à l’hivernage, c’est toute la ville de Sikasso qui serait exposée à des risques d’inondation liés à l’arrêt de ces travaux, nous a rapporté des responsables de la ville.
Selon le maire de la ville, Kalifa SANOGO, que nous avons joint au téléphone, l’arrêt des travaux serait essentiellement dû au retard des décaissements sur les fonds promis par les partenaires de notre pays.
De nos échanges avec le premier responsable de la ville, il ressort que les travaux en cours ont été initiés dans le cadre du projet d’appui aux communes urbaines (PACU) du Mali financé par la Banque mondiale et la coopération suisse, à hauteur de près de 11 milliards de francs CFA.
Aujourd’hui, l’arrêt des travaux de ce projet inquiète plus d’un dans la cité du Kénédougou, en premier lieu le maire, qui semble inscrire le redémarrage rapide de ces chantiers parmi les priorités de ses priorités en ce début de mandat.
D’ailleurs, nous a-t-il fait savoir, une rencontre a eu lieu, le mardi 14 février dernier entre les autorités communales et les responsables du projet.
Selon lui, la ville de Sikasso a bénéficié dans le cadre du PACU le financement d’un certain nombre d’infrastructures, notamment le bitumage des rues, des constructions de caniveaux et des marchés de Mamassoni, Sanoubougou et de Médine, etc. d’un coût total de 4 milliards de F CFA.
Pour le démarrage des travaux, les partenaires se sont engagés, dans un premier temps, à mobiliser 3,8 milliards F CFA.
Autre précision donnée par le maire, c’est que les entreprises devaient percevoir, pour le premier décaissement, le montant de 1,6 milliard de F CFA.
Mais depuis le mois d’octobre 2016, aucune entreprise n’a perçu un rond pour la poursuite des chantiers ouverts.
D’ailleurs, le maire reconnait que l’état d’avancement des travaux est dû essentiellement à l’effort des entreprises qui ont préfinancé lesdits chantiers.
Mis en place sur une initiative du gouvernement et appuyé par la Banque mondiale et la coopération suisse, le montant global du Projet d’appui aux communes urbaines du Mali est estimé à 11 milliards 983 millions 420 mille FCFA, soit 10 milliards 440 millions 720 mille FCFA au compte de la Banque mondiale, et 1 milliard 542 millions 700 mille FCFA au compte de la coopération suisse.
La mise en œuvre du projet, couvrant initialement les villes de Bamako, Kayes, Sikasso, Koutiala, Ségou, Mopti et Tombouctou, a intégré, à la suite de sa restructuration intervenue cette année, 7 nouvelles villes. Il s’agit de Kita, Koulikoro, Bougouni, Pla, Niono, Bandiagara et Gao.

Par Abdoulaye OUATTARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ORTM en direct