Commune II : Le maire défie les populations de Sans Fil

Opposé  aux populations du quartier San  Fil pour une    histoire de parcelle,  le  maire de la Commune II, Youssouf  Coulibaly continue de défier  les mêmes pauvres populations après avoir promis  de leur restituer la parcelle litigieuse.

accaparement terres injustice foncier champs verger mali

Le bras de fer opposant les populations du quartier «Sans Fil » au maire de la Commune II continue de défrayer la chronique. En effet, au  moment, où, les populations de Sans Fil attendaient patiemment que le maire Youssouf Coulibaly, tienne sa promesse de leur céder l’Ilot X qui doit servir de marché, l’affaire vient de prendre une autre tournure. Dans la foulée, une décision de la chambre civile présidée par Modibo Coulibaly et en date du 13 août 2014  autorise l’expulsion de la vielle Selikènè Coulibaly de l’ilot X au profit de Gaoussou Doucouré, Arouna Sylla et Abdoulaye Maïga. La décision a été notifiée à la vielle Sélikéné Coulibaly par un huissier de justice le vendredi 15 août 2014. Dans l’arrêt de la cour d’appel, Badara Traoré, avocat à la cour, agissant au nom de Sélikéné Coulibaly, a déclaré interjeter  appel contre le jugement n°625 rendu le 2 octobre 2013 par le tribunal de 1ère instance de la Commune II qui ordonne l’expulsion des parcelles objet des titres fonciersn°400, 401, 402, 403 et 554 sis au quartier TSF en Commune II. Le conseil avait demandé le sursis en attendant la décision  du ministre chargé des affaires foncières aux motifs qu’aucun titre foncier ne peut être  crée sur une parcelle destinée à un besoin public et collectif. Quant à l’avocat des opérateurs économiques, il a demandé le rejet de la demande du sursis sous prétexte que les titres fonciers ont été créés par les services compétents en matière domaniale. L’avocat des opérateurs économiques estime que la dame Sélikéné Coulibaly ne peut s’en prendre qu’à l’administration des domaines et d’ailleurs que le maire de la Commun II par la décision n° 373/MCII-DB en date du 16 août 2013 avait donné une autorisation à Abdoulaye Maïga de construire. Surpris  ce revirement  de  situation, les membres du comité de suivi des activités du quartier Sans Fil n’en reviennent toujours pas. Selon, le président du comité Dramane Keita l’affaire oppose la population de Sans Fil au maire de la Commune II et non aux opérateurs économiques  véreux à la dame Sélikéné Coulibaly. Pour preuve, le président du comité nous renvoie à toutes les correspondances envoyées par le maire de la Commune II au gouverneur pour demander l’ilot X au profit des populations de Sans Fil et non au profit de Sélikéné Coulibaly.  Le maire de la Commune II, dans la lettre n°00183/MCII-DB du 28 mars 2011 et la lettre n°177/MCII-DB du 16 avril 2013, adressées au gouverneur du District de Bamako, a demandé l’accélération de la mise à disposition de l’ilot X issu du morcellement du titre foncier N°17348 pour la construction du marché. Raison de plus d’être surpris de voir que la décision parle de Sélikéné Coulibaly et non de la population.  Tout compte fait, nous avons pu voir des jeunes, femmes et vieux motivés à périr pour avoir leur marché. « Nous avons à notre disposition tous les documents qui attribuent l’ilot X au quartier pour la construction du marché. Pour que les spéculateurs fonciers arrivent à nous prendre l’ilot X, il faudrait d’abords marcher sur nos cadres » a martelé le président du comité  de suivi des  activités du  quartier Sans Fil au nom de la population. Comme pour dire que les autorités sont interpellés pour régler très vite cette question afin d’éviter un affrontement. A suivre…

R. Diakité

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.