COMMUNE DU MANDE : POUR LE MAINTIEN DE L’ACTUEL, MAIRE MOUSSA CAMARA ET SES CONSEILLERS – Des chefs de villages et leaders religieux sollicitent IBK !

C’est la liste UM-RDA conduite par Moussa Camara qui est arrivée en tête avec 67% des voix lors des élections communales du 20 novembre 2016, dans la Commune rurale du Mandé. Une élection qui, par la suite, a été annulée par la section administrative de la Cour suprême dans son arrêt du 16 mars 2017. Cette annulation a provoqué une tension socio-politique dans la commune du Mandé. C’est fort de ce constat que les chefs de villages, l’IMAMA et le groupement des leaders spirituels musulmans du Mandé ont, à travers une pétition, sollicité le président de la République IBK pour le maintien de l’actuel maire Moussa Camara et ses conseillers.

cercle kati commune rurale mande ville

Cette pétition avec ampliation aux ministres de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et la fiscalité, de la Sécurité, de la Justice ; au gouverneur de  la région de Koulikoro, au préfet de Kati, au Sous-préfet de Kalaban-Coro, au Secrétaire général de la mairie de la commune du mandé a été adressée le lundi 11 septembre 2017 à la Présidence de la République.

Dans cette pétition,  23 chefs de villages sur un total de 25 et les leaders religieux sollicitent une intervention du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, pour mettre un terme à la tension socio-politique qui règne dans la commune rurale du Mandé suite à l’annulation tardive et incompréhensive des élections communales par la Cour suprême. « Le départ de l’actuel maire Moussa Camara et ses conseillers de la Mairie est perçu par la population comme un grand retard et une terrible déception à la commune », ont –t-il expliqué dans la pétition.

Avant d’indiquer : « Vu le manque de la communication et le retard mis par la préfecture d’agir sur l’affaire d’annulation des élections ; vu les expériences vécues par la population avec les anciens maires et délégation spéciale ; vu que l’idée du maintien de l’actuel maire à la Mairie est largement partagée par la population, compte tenu des inconvénients du retour de l’ancien maire ou de l’autorité intérimaire, en tant que notables de la commune nous demandons de laisser le nouveau maire, Moussa Camara, et ses conseillers d’exercer pleinement leur fonction administrative pour la préservation de la stabilité et de la paix dans la commune ».

Contestation d’une annulation sous forte dose de magouille

L’annulation des élections Communales du 20 novembre 2016 dans la circonscription électorale de la commune rurale du Mandé qui, fait suite à la plainte des partis PIDS/ASMA et  CAVE contre la préfecture au tribunal pour l’oubli de leurs specimens lors des campagnes électorale,  a frustré la majorité des populations. Pour preuve, elles ont manifesté à travers une marche giganteste le 16 août 2017 contre l’installation des autorités intérimaires à la tête de leur Mairie.

Leurs slogans : «Non à l’annulation des actes posés par le Maire», «Non à une annulation sous forte dose de manigance et de magouille”. A travers cette marche pacifique, les marcheurs ont également demandé à ce que la préfecture laisse les actuels dirigeants de la Mairie de jouer pleinement leur rôle et ne souhaitent pas l’installation d’autorités intérimaires à la tête de leur Mairie. Ils sont allés plus loin lors de cette marche en exigeant « le retrait pur et simple de la décision d’annulation de l’élection du 20 novembre 2016 dans la Commune du Mandé ».

Selon l’avis de nombreux observateurs, l’annulation tardive des élections est une manigance de la préfecture qui veut coûte que coûte faire revenir l’ancien maire, Mamourou Keita alias Mamourouba à la tête de la Mairie. Un homme à la moralité douteuse vomi par la population à cause de sa gestion catastrophique de la commune.

Une mauvaise gestion qui a fini par rattraper Mamourouba qui a été interpellé le 07 septembre 2017 par le tribunal de première instance de la commune IV et immédiatement placé sous mandat de dépôt pour spéculation foncière. Son arrestation a été salué par la majorité des populations du Mandé; puisque l’homme est connu pour être un veritable speculateur foncier.

En tout cas force est de reconnaitre que depuis l’annulation des résultats des élections communales et l’avortement de la mise en place des autorités intérimaires; c’est le nouveau bureau communal sous la houlette du maire Moussa Camara qui est en train de travailler d’arache-pied pour le développement de la commune rurale du Mandé. En un laps de temps, Moussa Camara et ses conseillers ont enclenché la modernisation et le développement de la commune rurale du Mandé.

C’est pour ne pas freiner ce train du renouveau et du bonheur des Mandekas que les chefs des villages et les leaders religieux ont sollicité le président de la République IBK à travers une pétition pour le maintien de l’actuel maire Moussa Camara et ses conseillers. Le Mandé Massa IBK repondra-t-il favorablement à la solicitation des Mandekas?

Affaire à suivre.

Aliou Agmour

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *