COLLECTIVITES TERRITORIALES : L’enclavement hypothèque le développement social dans la commune rurale de Kiffosso

Chômage, pauvreté aiguë, manque de projets générateurs de revenus et de soins de santé, départ massif et sans retour des jeunes, absence de routes dignes de ce nom, psychose chronique… Voilà autant de maux auxquels la commune rurale de Kiffosso (cercle de Yorosso) doit faire face.

Située à environ 30 kilomètres de Yorosso, chef-lieu de cercle, la commune rurale de Kiffosso est en passe de devenir une collectivité fantôme. Terre  d’élevage et d’agriculture par excellence, elle ne manque pas pourtant d’atouts pour se développer.

Mais aujourd’hui, le manque de projets générateurs a poussé la majorité des jeunes de la commune de Kiffosso à partir en exode ou à émigrer. Quant à l’agriculture, elle est dépendante de la pluviométrie de plus en plus rare à cause de la déforestation.

Mais, le vrai problème de la commune rurale, c’est le difficile accès faute de route praticable tant du côté de Yorosso que du côté des villes voisines. A cet enclavement, s’ajoutent le chômage,  la pauvreté aigue,  l’absence de projets générateurs de revenus,  le difficile accès aux soins de santé… Ce qui explique le départ massif des jeunes et de certains chefs de famille.

Les quelques rares jeunes restés au village ne savent plus à quel saint se vouer en attendant qu’une occasion d’exode se présente à eux. Malgré l’existence d’un centre de santé communautaire, les médicaments font défaut dans une commune où le paludisme est la principale maladie.

Ainsi, certains malades sont obligés de se rendre à Koutiala, Sikasso ou à Bamako pour ceux qui ont un peu de moyens financiers. Pourtant,  la commune a deux députés à l’Assemblée nationale, un ministre et un maire.

Pour les observateurs, la situation catastrophique de la commune s’explique par la rivalité voire la haine entre ses ressortissants qui se regardent en chien de faïence.

Du coup, le grand perdant n’est ni moins ni plus que la population majoritairement analphabète et facilement manipulable en fonction des moyens financiers !

Adama Dao

 

 

Source: Le Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *