Colère contre la haine et la bêtise humaine

otage nord mali kidal gao tombouctou mnla azawad bandits armee terroriste mujao

Il n’y a pas un mois, une semaine sans qu’on apprenne un massacre d’innocents ou de destructions de vestiges historiques tout aussi inestimables. Tout cela, au nom d’une religion. Que restera t-il des vestiges en Syrie, en Irak, au Mali ? Voir même en Egypte ! Le Monde brûle et on regarde…

A Mossoul (Irak), on crucifie les chrétiens !

Alors que les yeux sont braqués sur la guerre entre Israël et le Hamas, les djihadistes de l’Etat Islamique qui, depuis, Juin, contrôlent Mossoul, la deuxième ville d’Irak, font la chasse au chrétiens.

Selon le témoignage d’une religieuse catholique, un garçon a été crucifié devant son père. 25 000 chrétiens vivant à Mossoul ont dû fuir une ville où ils vivent depuis l’aube du christianisme car, Saint Thomas serait passé par là. 

« Avec Antioche et Damas, Mossoul, l’ancienne Ninive, abritait une des plus importantes communautés chrétiennes de l’époque, présente avant même l’invasion arabe. C’est cette longue histoire de la présence chrétienne en Irak qui se clôt dans la terreur ».

 

Les djihadistes s’en prennent aux valeurs historiques de Mossoul

La mosquée et le mausolée du prophète Jarjis ont été bombardés par des islamistes. Depuis une semaine, les extrémistes ont détruit plusieurs monuments religieux hautement vénérés à Mossoul. Parmi les bâtiments religieux détruits à Mossoul la semaine dernière figurent la mosquée du prophète Seth et la mosquée du prophète Younès (Jonas), considérée comme son lieu de sépulture.

Jonas est un célèbre prophète biblique, que le Coran a repiqué à sa sauce, sous le nom de Younès.Son tombeau se trouvait dans un site archéologique datant du 8ème siècle Av.JC, et sur lequel était construite une mosquée. Tout patrimoine culturel et spirituel que les djihadistes jugent anti-islamique n’a aucune valeur à leurs yeux et se doit même d’être détruit.

En Syrie, ce sont 10 000 sites historiques et 40 musées détruits par les islamistes radicaux. Les dégâts sont pour la plupart irréparables, indique le directeur des Antiquitées et des Musées de Syrie.

La mosquée des Omayyades à Alep, qui faisait partie des sites historiques les plus importants a été totalement détruite. Damas aurait contacté la Jordanie, l’Irak et le Liban pour récupérer les objets antiques qui ont été transférés par les mouvements islamistes radicaux.

 

Les fameux mausolées de Tombouctou (Mali) avaient aussi été détruits

Il y a quelques mois, des combattants d’Ansar Dine, mouvement islamiste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avaient détruit plusieurs mausolées de Tombouctou. « La Cité des 333 saints » est inscrite au Patrimoine mondial par l’Unesco depuis 1988.

Cela n’a pas empêché des combattants de ce mouvement islamiste de se lancer dans la destruction de plusieurs mausolées de la  ville du nord du Mali.

 

L’Egypte a été également touchée par des destructions

Les dégâts d’un attentat commis par les militants islamistes ne se sont pas limités au Musée d’art islamique et à Dar Al-Kotob (l’ancienne Bibliothèque nationale, la «Maison des Livres»,  où des manuscrits rares et des papyrus ont été gravement endommagés).

Ils ont encore touché quatre autres mosquées historiques qui remontent à l’époque mamelouke et qui se trouvent à proximité du Musée d’art islamique et de la Maison des Livres.

D’une grande valeur artistique et historique, les œuvres proviennent des artistes et artisans des dynasties musulmanes (omeyyade, abbasside, fatimide, mamelouke et ottomane) qui ont régné en Egypte au fil des siècles.

En plus de ces objets se trouvent également des pièces venant de Perse, d’Afrique du Nord, d’Andalousie, de Turquie, d’Inde ou de Chine. Le musée avait été fermé en 2003 pour restauration complète, selon les critères internationaux de muséologie et de sécurité.

On pourrait citer bien d’autres massacres et de destructions qui ont eu lieu dans le monde.

On se rappellera toujours que les Khmers rouges avaient instauré à partir de 1975 un régime sanguinaire. Près de deux millions de Cambodgiens auront été exécutés.

Que faire contre la folie humaine ? Que faire contre ces fanatiques religieux profitant d’une population misérable et sans éducation ou d’une jeunesse perdue dont le seul credo est désormais la haine de l’autre ? Aujourd’hui les medias sociaux servent de défouloir pour ceux qui sont à l’abri mais même l’ONU ou de grandes nations sont incapables d’empêcher ces meurtres et ces destructions.

C’est écœurant !

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.