CNAS-FASO HERE : Une fidélité jamais démentie à ses textes et à son idéologie !

Le seul parti politique au Mali qui est resté fidèle à ses textes et à son engagement idéologique de sa création jusqu’à nos jours est le CNAS-Faso Hèrè de SoumanaSako di Zou. Une formation politique restée à la traine puisque son fondateur, ‘’le régulateur Zou’’, n’a pas de fonds.

Homme intègre et de conviction, Zou est très teigneux et rigoureux. C’est en raison de cette rigueur et de cette discipline que des Maliens trouvent qu’il est ‘’trop arrogant’’. Dans ce cas, ne soyez pas étonnés de voir au sein de notre Assemblée nationale des députés qui n’ont rien à foutre avec les consignes données par la direction du parti ou le positionnement politique (opposition/majorité). Pour ces députés, ce qui compte avant tout, c’est ce qu’ils peuvent gagner et non ce que le parti peut perdre. La discipline dans le parti commence d’abord par le respect des textes du parti car, ces textes ont été élaborés consciemment et volontairement par les militants.

Par ailleurs, notre démocratie est une démocratie électoraliste où l’ambition première de chaque formation politique c’est de participer aux élections et d’avoir des élus même s’il faut s’allier avec le diable. Cette situation amène parfois les élus locaux ou nationaux à adopter des comportements en flagrante contradiction avec l’éthique ou l’idéal politique visé par leur parti.

Les milliards qui sont investis chaque année dans le cadre de l’aide publique aux partis sont utilisés dans l’achat du bétail électoral alors que cet argent devrait être investi dans la formation idéologique et l’animation politique des différentes structures depuis le niveau local jusqu’au niveau national. Hélas ! En tout cas, force est de reconnaitre que le parti Cnas-Faso Hèrè de Zou, comme la conscience est en voyage, n’a malheureusement pas sa place dans le Mali actuel. Un pays où nous sommes en ploutocratie. En politique désormais l’argent est à la fois un moyen et une fin en soi. Que c’est vraiment dommage !

Sambou Sissoko

Source: Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *