Chérif Bouyé à Nioro: «J’ai pris l’initiative de faire revenir Dicko à la raison en lui demandant de surseoir à la marche du vendredi»

Compte-rendu de l’intervention du Chérif, ce jour 6 mars 2020, après la prière du vendredi

Après son mot de bienvenue aux fidèles hamalistes comme à l’accoutumée, le Chérif a tenu à donner des précisions à l’ensemble des fidèles sur toute l’étendue du territoire national à propos de sa position face aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux concernant la marche, finalement, annulée suivant l’appel de l’imam Dicko.

Aujourd’hui, je me glorifie d’être le fils d’un grand homme comme Cheickné Hamaoula. Un homme de tolérance, un homme emblématique. Même si d’autres pensent qu’il ne vit plus. Je suis parmi les gens qui pensent que Cheickné Hamaoula ne pas mort. Je n’ai rien aussi contre les gens qui pensent qu’il est mort.

Le Chérif : « Ma relation avec Dicko est sincère, nous nous sommes engagés ensemble en 2011 contre le code de la famille qu’ATT avait voulu nous imposer. A présent, je retiens de lui un homme correct, intègre et fidèle à mon égard.
Concernant la marche annulée, j’ai fait savoir à l’imam Mohamoud Dicko qu’on n’a pas besoin d’utiliser la violence contre un régime ayant montré ses limites. Les propos attribués à lui après son meeting m’ont été rapportés et j’ai, donc, pris l’initiative de le faire revenir à la raison en lui demandant de surseoir à la dite marche.

Tout le monde est conscient de la situation actuelle du pays. Le Président et son gouvernement sont incapables de gérer les affaires publiques de l’Etat et la situation sécuritaire va de mal en pire.
Je ne m’associerai jamais à quelqu’un pour déstabiliser le pays. Mon seul objectif est de voir tous les Maliens heureux.
Le régime actuel est déconnecté de toute la réalité du pays.
Si nous avons des ennemis aujourd’hui, c’est ceux-là qui prennent des armes contre nous.
Nos militaires et civils meurent à longueur de temps.

Notre pays a figuré parmi les grands empires du monde, mais aujourd’hui, nous connaissons toutes sortes d’humiliation du fait de la mauvaise gouvernance pendant que le Président, lui-même, n’est même pas conscient de son rôle de Président que lorsqu’il se voit dans son avion pour voyager; le peuple malien étant laissé à lui-même.
Notre souveraineté est bafouée et la seule préoccupation du régime, c’est de jouir des deniers publics. Les droits des fonctionnaires ne sont plus respectés et l’armée humiliée en permanence.

Qu’allons-nous faire avec ce régime qui tend vers sa fin ?
Une chose est claire, le Mali ne restera pas comme ça.

IBK doit se rappeler de 2002 quand le troisième a pris la place du premier (en 2002, il avait été premier à l’élection présidentielle suivi de Soumaïla Cissé, ATT était arrivé troisième, mais a pris le dessus sur les deux autres grâce à la complicité d’Alpha Oumar KONARÉ qui avait, lui aussi, perdu les élections en 92 face à Tiéoulé Konaté et cela, grâce à l’implication du même ATT qui fut son mentor, en son temps et qui a volé les voix des autres au profit d’Alpha.

En 2007, le même scénario s’est produit face à ATT où Alpha jurait qu’IBK ne serait jamais président de son vivant à lui. A l’époque des faits, j’étais le seul confident à IBK et il doit encore se rappeler de ce que je lui ai dit pour le réconforter.
Alpha le traitait d’incapable à gérer le pays, mais lui reconnaissait, au moins, un homme de rigueur et ferme lorsqu’il s’agit d’exécuter des décisions.

Une chose n’est plus un doute sur IBK, c’est que c’est une liane (une liane est une plante grimpante herbacée ou ligneuse à la tige particulièrement souple qui utilise d’autres végétaux, mais aussi, d’autres supports verticaux pour monter vers la canopée bénéficiant d’un meilleur ensoleillement.).
IBK n’est bon que pour exécuter des ordres/décisions à lui instruites. Il ne saurait les initier lui-même.

En 2013, c’est lorsque les deux Chefs religieux, à savoir : Mohamoud Dicko et Haidara, n’ont pu nous faire un choix que j’ai décidé de porter ma confiance à IBK pour la simple raison qu’il n’était pas parmi les gens qui ont défendu le code des personnes et de la famille. »
« IBK, reste le seul Président incompétent que le Mali n’a connu de toute son histoire. Il a trahi son peuple et son gouvernement est incapable de gérer les affaires publiques de l’État. Pourtant, il est le deuxième Président légal et légitime à travers son élection de 2013, Modibo KEÏTA étant le premier. Les autres ont fait des mascarades pour venir au pouvoir.
Le peuple malien l’a choisi, lui, comme président par la voix démocratique.

Alpha, dans sa stratégie de livrer notre pays à nos ennemis, a opté pour une flamme de la paix en détruisant nos armes au profit des rebelles.
Quant à ATT, il a porté atteinte à nos valeurs sociétales et religieuses en voulant instaurer le code de la famille pour faire plaisir aux occidentaux.
Tant que nous resterons vivants, nous dirons non aux tripatouillages de nos textes.
IBK laisse gérer le pays par sa famille et son entourage. Prenons le cas de son fils Karim, il est impliqué dans toutes les affaires. Qui ne sait pas que Karim fait du trafic d’argent a travers le monde entier ?
Ils ont tous des comptes bloqués à l’étranger.
Nos ressources sont pillées pour des investissements en dehors du pays.
Karim ne serait pas devenu député si je ne m’étais pas opposé à la décision de son père qui prévoyait d’empêcher sa candidature. Mais j’ai été la première personne a être attaquée par Karim à travers mes enfants pendant la campagne présidentielle de 2018. Lui et le fils de Tiékoro Bagayoko, en la personne de Mohamed, ont planifié une attaque contre une partie de ma fille à Guiré dans la zone de Nara.
Par ailleurs, deux de mes enfants ont subi de coups et blessures volontaires, l’un à Diema au poste de péage et l’autre à Bamako.
Notre Zawia de Niaréla a fait l’objet d’attaque, le 05 avril dernier, à gaz lacrymogène par des policiers. Si je dois raconter tout ce que nous avons subi de ce régime, on n’en finirait pas aujourd’hui.

Pour conclure mon intervention, le message important que j’adresse à l’endroit du peuple malien est le suivant : “Ma position face au régime reste la même, mais de façon démocratique.
Notre pays est une grande nation, tous ceux qui pensent que le Mali va tomber se trompent, nous allons nous relever. Même les ennemis de la nation qui souhaitent du malheur au pays profiteraient du Mali.”

Wassalam »
Cheick Coulibaly porte- parole de l’union des jeunes Hamalistes.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *