Centre du Mali : Retour de 220 déplacés dans leurs localités

Suite aux attaques terroristes perpétrées le lundi 17 juin 2019, dans les localités de Gangafani et Yoro dans le cercle de Koro ayant fait 38 morts et de nombreux blessés, plusieurs personnes avaient quitté les lieux pour se mettre à l’abri. Le lundi 29 juillet 2019, une première vague composée de 220 personnes a regagné Yoro. Les autres vagues sont attendues dans les jours à venir.

 

Depuis 2012, le Mali connait l’une des crises les plus graves de son histoire. Cette crise politico sécuritaire qui a commencé dans les régions nord du pays s’est progressivement déplacée dans les régions centre, notamment Mopti et Ségou. La menace terroriste dans ces régions présente une situation de trouble de plus en plus généralisée. Des forces obscures tentent désormais de communautariser la violence afin que le chaos qui en découle leur serve de rempart. Cette crise a provoqué d’énormes déplacements du centre vers le sud du pays. C’est le cas à Yoro dans le cercle de Koro qui a subit une attaque terroriste le 17 juin 2019 ayant fait 38 morts, de nombreux blessés et déplacés. Quelques uns de ces déplacés commencent à retourner dans leurs localités d’origines comme pour dire que les choses se sont rentrées dans l’ordre. « Le 5 juillet 2019, le Premier ministre, Dr Boubou Cissé est venu ici à Koro pour s’enquérir des préoccupation des populations victimes de l’insécurité. Lors de la conférence des cadres, le maire de Yoro s’est levé pour demander publiquement au nom de ses administrés, le retour des populations à Yoro. Le Premier ministre a pris note de la demande de sécurité soulevée par les populations. Quelques jours après, une section de l’armée s’est déplacée pour assurer la sécurité du village. Ensuite, on a pris en charge la question du retour, le chef du gouvernement a dégagé les moyens pour que les 654 ressortissants du village puissent retourner. Aujourd’hui, c’est un premier groupe de 220 personnes environs qui retournent », a déclaré le diplomate Boubacar Gaoussou Diarra, le lundi 29 juillet 2019 en présence du Ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Housseini Amion GUINDO. Selon l’ancien ambassadeur, Boubacar Gaoussou Diarra, des mesures seront prises par le gouvernement pour que les autres groupes puissent repartir. Enfin, il dira que le gouvernement a pris bonne note pour la reconstruction du village, pour la réouverture du Centre de santé communautaire (CSCOM) de Yoro et pour la disponibilité des médicaments dans le village. Selon le maire de la localité, le gouvernement a fait son travail pour Yoro. « Depuis que l’appel a été lancé, au bout de cinq jours, tout est réglé et tous les déplacés qui étaient à Tinagourou, Burkina Faso sont arrivés au troisième jour de l’arrivée des militaires. Nous sommes très content de ce retour des déplacés au bercail », a conclu le maire.

Selon le dernier bulletin d’OCHA, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, le nombre de personnes déplacées internes a plus que doublé par rapport à l’année dernière à la même période (plus de 147 000 personnes déplacées, un record jamais atteint depuis 2014.) En un mois, entre mai et juin 2019, le nombre de personnes déplacées internes a augmenté de près de 28 000 personnes. Cette augmentation est principalement liée à l’insécurité qui règne dans le centre, le Nord et une partie du sud du pays. L’augmentation du nombre de personnes déplacées Internes est due à la recrudescence des violences dans les régions de Mopti, Ségou, Tombouctou, Gao, Ménaka, Sikasso et la bande frontalière entre le Mali et le Burkina Faso, explique, dans son dernier rapport sur la situation au Mali publié ce 25 juillet 2019, OCHA. Environ 98 pour cent des Personnes déplacées internes, précise le rapport d’OCHA, se sont déplacées à cause de l’insécurité et 2 pour cent en raison des difficultés économiques liées au conflit, à l’insécurité alimentaire et/ou par crainte d’attaques. « En outre, plus de 76 pour cent des ménages déplacés ont reçu une assistance humanitaire ponctuelle. Malgré cette assistance, des besoins humanitaires urgents persistent dans tous les secteurs », détaille OCHA.

Aguibou Sogodogo

SourceLe republicain mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *